Partagez | 
 

 Glamour Land (Skylar Kenway)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Humain
avatar
Ϟ Mensonges proférés : 8
Ϟ Richesses amassées : 16
Ϟ Epitaphe : 04/10/2015
Ϟ Pseudonyme : Doudou
Ϟ Crédits : Niva
Ϟ Signalement : Individu robuste doté d'un implant facial respiratoire
Ϟ Gagne-pain : Gros bras, criminel et tueur à gages

Behind the Mirror
Ϟ Maestria:
Ϟ Murmures infondés:
Ϟ Réputation:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Glamour Land (Skylar Kenway)   Mar 13 Oct - 15:20

Citation :
Article de la revue à scandale « Confidential »

Edimburgh cavalcade.

Riddle le malfrat : ça roule et ça coule, ça dérape et ça rate depuis sa conditionnelle.

Ouvrez vos esgourdes vous les petits au parfum : Harris Riddle, le merveilleux, le bienveillant, le malveillant criminel, est sortit du pénitencier de Folsom depuis quelques mois. Et depuis ce jour-là, la vie de l'ancien chef publicitaire de la société Pinxit, viré pour malversations financière, s'est résumé à une longue série de dérapages incontrôlés à travers notre ville. Ville qui selon lui : « Est tenue par Aryan Turner avec ses grâces affables et exagérées, qu'il ponctue de rafales de flingues, de graisse-pattes et de la bave de ses bulldogs personnels. » Ouvrez-les bien grandes les petits et sentez, sentez la gomme qui brûle à chaque dérapage : ni vu ni connu, vite fait, bien fait, et très CONFIDENTIAL.

Il y a 3 mois, l'ancien ami intime de Harris Riddle, le criminel squelettique, aveugle et dément, Jimmy Shipstad, se fait larder le buffet par un mystérieux tueur furtif. Pas de bol pour toi Harris, Jimmy a été ton pote gros bras en douce dans quelques affaires de recels. Le seul qui t'aurais pu être d'un quelconque secours pour couper court à ta chute en vrille postpénitentiaire. Et puis tss tss tss. Vraiment tu n'aurais pas dû, aller vendre des ragots sur Aryan Turner. On nous dit que tu as fait une descente dans sa garçonnière, et que tu as prit des photos de sa cahute d'amour pour les vendre au plus offrant.

Sous l'oeil attentif de son responsable de conditionnelle, Harris a depuis tenté de reprendre la ligne droite et de déraper dans les règles. Il a fait l'acquisition d'un magasin de crèmes glacées, vite devenu un havre criminel fréquenté par les trolls. Il n'a pas fallu bien longtemps à la boutique pour tomber en faillite, lorsque les parents des chers petits se sont mis unanimement en demeure de tenir leurs enfants à l'écart de l'endroit. Harris Riddle a financé son propre numéro de boîte de nuit. Plaisanteries fines sur Aryan Turner et subtilités somnambulesques sur Pinxit au Nightclub Largo. Ronfle-la-ville : des sketchs pourris sur Aryan Turner et son jeu de golf, des vannes sur ses prétendues sbires sanguinaires qui rôdent la nuit en ville. En insistant lourdement sur les fringues de marques et les lunettes de soleil de l'un d'entre eux. Et alors là : triste-la-ville. Harris a fait Salam pour les Faës lors d'un discours public au coliseum de la ville. Soit-disant que leurs droits civiques ne seraient pas respectés par des sociétés comme Pinxit qui feraient des expériences dessus.

Des agents municipaux sont sur le point d'aller gronder Harris pour avoir magouillé les contrats des gladiateurs de la Fosse. Sale temps pour notre Harris, mais c'est pas tout. 4 de ses nervis, des mecs modifiés pour le combat, ont mystérieusement disparu, vraisemblablement après avoir été descendus par une ou plusieurs personnes inconnues et, (fait très très étrange pour vous les mecs à la coule) pour une fois, (alors qu'il tourne toujours en surmultiplié) Harris se garde le clapet bien fermé sur le sujet. Le téléphone arabe tourne à plein régime au sein de la pègre : les deux gardes du corps d'Harris (Chick et Sal, deux pervers dont la rumeur veux qu'ils soient très lavande avec les archandroïde) envisagent de monter un numéro de chantage contre les riches de la ville.

Redescends sur terre Harris. Nous nous sommes laissés dire que depuis que tu a été viré de Pinxit, ta montagne de fric commence à fondre. Tout ça est indigne de toi ! Toi qui a dirigé jadis toutes les grandes campagnes marketing d'Aryan Turner et de ses produits, avec un panache et une pugnacité paralysante ! Vous commencez à piger le tableau, cocos et cocottes ? Harris Riddle c'est dérape-la-ville, Ecosse, et il a besoin de fric, de blé, de flouze, de maille, de jonquaille, de pognon. Il a besoin de bon vieux pèze. Ce qui explique notre toute dernière première, la révélation la plus redoutable, la plus rigolarde, la plus révélatrice à vous être révélée :

Harris Riddle est aujourd'hui dans le cinébiz !! Il fait du cinéma !!

Allez bouge toi de là Hollywood : le fabuleux, le bienveillant, le malveillant Harris est aujourd'hui en train de financer un navet de film pourri bon marcher qu'on peut voir se tourner en extérieur sur Griffith Boulevard. Harris réalise en personne : «Aryan Turner » le film biographique sur la vie du PDG de la société Pinxit. C'est sensationnel, les syndicats n'y mettent pas le nez. C'est un navet de proportions épiques !

Et c'est pas finis !

Harris a choisi la gueule d'amour et de lavande Touch Reddin pour le rôle principal d'Aryan Turner. Et la touchette se brûle et se consume, un vrai crame-la-ville, pour l'autre vedette du film, le beau allègre au poignet langoureux Rock Rockwell. Petits plaisirs gays et hors champ, s'il vous plaît ! Le film est très critique sur la vie d'Aryan Turner, voilà le synopsis du scenario : « Le magnat des archandroïdes, le big boss de Pinxit, est en vérité un satrape soucieux de stupre, un grand lascif amateur de faës, ce film vous raconte toute la vérité sur sa vie de débauche et ses crimes. » On a bien essayé d'avoir une interview du grand Turner pour savoir ce qu'il pensait de ce film en cours de réalisation sur sa vie, mais il ne nous as pas répondu.

………………………...

Edimburgh Cavalcade change de braquet avec sa lettre ouverte aux services de police de la ville.

Chère police.

Récemment 3 clodos poivrots ont été retrouvés étranglés et mutilés dans des maisons abandonnées. On s'est laissé dire que le tueur qui court toujours, leur avait mis le visage en feu au moyen de colles à maquettes. Les médias n'ont accordé à ces meurtres haineusement horribles qu'une attention très légères. Personne ne semble se préoccuper du fait que 3 citoyens de notre ville aient ainsi atteint à leur néfaste et nauséeux nadir. Il n'a pas été fait appel à la division criminelle de la police dans le cadre de l'enquête. Pour l'instant l'affaire est à la charge de 2 inspecteurs. Pas un de plus. Vous les mecs à la coule, vous savez bien que ce qui fait l'enquête, c'est le pedigree de la victime. Plus il est gros, plus il a de jus. Et si 3 citoyens sans souci se font frire la figure par un psychopathe renifleur de colle, ce n'est pas le capitaine de la brigade criminelle qui va perdre son temps et son énergie à monter une enquête de grande envergure. Souvent il suffit d'un petit nom qui accroche l'oeil et l'oreille pour attirer l'attention du public sur une sale affaire criminelle. Créant ainsi la clameur nécessaire pour demander justice. En conséquence, CONFIDENTIAL baptise ce monstre meurtrier anonyme « Le Feu Follet Fou » et demande à la police de le retrouver, avant de lui arranger un rancard bien brûlant dans le couloir de la mort de Folsom. On vous le cuisinera aux petits oignons sur le gaz. Et ce tueur là, c'est au moins 4 brûleurs qu'il mérite pour la bonne crame.

Ouvrez l'oeil, de nouveaux renseignements ne vont pas tarder sur le « Feu Follet Fou » et n'oubliez pas, c'est ici que vous l'avez entendu en premier : ni vu, ni connu, vite fait, bien
fait et très CONFIDENTIAL.

…………………………

Sid Farlan déboula sur un parking d'occase de méchante humeur. Ce taré de serial killer, le Feu Follet Fou comme on l'appelait, avait massacré 3 de ses amis clodos. Ça faisait une semaine qu'il le traquait sans résultats dans les rues. Il s'approcha en entendant des cris et des manifestants qui remuaient là-bas dans le fond. Il aperçu le plateau de tournage en plein air avec les caravanes, les caméras et un décor pourri. Plein de panneau du genre : Mort à Pinxit ! Sid passa la ligne en force à coup de coudes pour se frayer un passage. Il en imposait physiquement, les rangs s'ouvrirent face à lui. Voilà Chick, un des gardes du corps de Riddle qui lui donna des tapes dans le dos.

« Tu cherches Harris ? Je paris que tu va lui demander du boulot. »

« Pourquoi tu dis ça ? »

« Gros Sid, c'est une conclusion incontournable pour le connaisseur averti. »

« Et pourquoi vous auriez besoin d'un gros bras ? »

« Mais pour virer cette bande de con qui s'agglutine jour et nuit devant le tournage du film parce qu'ils aiment pas Aryan Turner. Ils nous soutiennent ok, mais ils font un de ces boucans. On est obligé de doubler toute la bande son et ça nous coûte du fric. »

Quelqu'un quelque part hurla :

« Caméras ! On tourne ! »

Sid s'approcha du plateau pour mater une scène en cours de tournage. Voilà Touch Reddin dans le rôle d'Aryan Turner en train de clamer :

« Bientôt cette ville sera à moi ! Tout m'appartiendra ! »

Chick commenta dans l'oreille de Farlan :

« On l'a prit uniquement parce qu'il ressemble physiquement à Turner, mais il est nul à chier comme acteur. Il me gonfle, entre deux prises soit il se bourre le lard avec un caméraman dans une caravane, soit il court après les Faës dans les toilettes de Fern Dell. Tu vois ce mec avec ce mégaphone ? C'est Fritzell, le metteur en scène. Harris l'a engagé pour queudale. Il serait incapable de filmer une enfilade de Troll en train de baiser des Faës. Il est toujours en train de trainer avec Wylie, le preneur de son, qui lui à un endroit où crécher, au contraire de tous les clodos qu'Harris a engagé. Ils dorment tous sur le plateau, on croirait une jungle de routard. »

Des figurants déguisés en Faës (ils portaient des masques de caoutchouc en latex) sautillèrent dans leur costume vers les acteurs qui jouaient les sbires scientifiques de Pinxit. Hop hop ! Et la bouteille de bière qui gicle d'une des poches arrières des pantalons. Le réalisateur hurla :

« Coupez ! Je vous ai déjà dit de laisser vos flasques d'alcool avec vos couvertures et vos sacs de couchage ! Et souvenez vous des ordres de Mr Riddle. Pas d'alcool avant la pause déjeuner. »

Hop hop ! Les gus qui se faufilent en catimini hors du décor. Le réalisateur hurla encore :

« Pause de 5 minutes ! On ne picole pas ! »

Sal, l'autre garde du corps de Riddle vint se faufiler à côté de Sid.

« Tu cherches Harris ? »

« Pourquoi tu demandes ça ? »

« Et bien gros Sid, c'est une conclusion incontournable pour le connaisseur averti. »

Clin d'oeil.

« Harris va revenir, il passe toujours se procurer du pain rassis d'une semaine pour les sandwichs. Imagine la cuisine qu'on nous fait. Pain rassis, beignets rassis, et cette viande, celle qui se revend sous le comptoir de l'abattoir de Vernon. Imagine, un de nos trolls qui sert de videur, a arrêté de manger sur le plateau quand il a vu de la fourrure dans son plat. »

Sid scruta la scène et aperçut l'acteur d'Aryan Turner en compagnie d'un autre acteur déguisé en augmenté avec des lunettes et un trench coat. Le type rappella furieusement à Sid le bien sapé qu'il avait du accompagner une nuit pour les basses œuvres de Pinxit. Il se prit une petite suée, modèle poids lourd. Il se souvenait encore de sa détention en salle d'interrogatoire avec le bien sapé.

« Regarde, là Touch parle avec Rock Rockwell, l'acteur qui incarne l'assassin favoris d'Aryan Turner. C'est un camé, Harris le paie en méthédrine dilué. Le connard dit son texte, se shoote sa dose et bafre du sucre. Il faut le voir engloutir ces vieux beignets rassis. »

L'acteur ressemblant comme deux gouttes d'eau à Kenway, s'éplucha une barre chocolaté et manqua de trébucher, l'acteur d'Aryan Turner le rattrapa par les pans de sa veste. Quelqu'un quelque part hurla :

« Boooh ! Vous jouez comme des pieds ! »

L'acteur d'Aryan Turner balança un doigt d'honneur dans la direction d'où venait le quolibet. Sid décampa après en avoir assez vu et toqua à la porte de la caravane de Riddle. La voix d'Harris retentit :

« La paye boisson est pas distribué avant 18h ! Le foutoir que vous me collez, bande de traînes-savates ! Ici c'est un plateau de cinéma ! Pas une forêt de Faës ! »

Sid ouvrit la porte et attrapa un petit pain qu'il essaya de renifler à travers son masque. Il ne pouvait plus manger par la bouche et était contraint de s'injecter des nutriments.

« Eh ! GROS SID ! Ça va ?»

Riddle, vautré dans son fauteuil.

« Non, ça fait des jours que je traque le Feu Follet Fou sans succès, les flics s'en foutent, on risque pas de le retrouver. Je suis venus voir par curiosité et je voudrais te dire : arrête ce tournage si tu tiens à ta vie. Aryan Turner va te faire buter. Je sais de quoi je parle, j'ai faillit me faire buter après avoir tenté de leur voler un truc. J'ai été forcé de les conduire à Jimmy Shipstad et la bande de sanguinaire de Turner l'a massacré. Sincèrement Harris, je t'aime bien, je veux pas te voir crever, arrête de tourner ce film de merde, sinon ils vont te faire pareil qu'à Jimmy. »

Sid observa les 4 murs : des posters d'Aryan Turner partout. Riddle lui avait dessiné des grosses moustaches ou des bites dans la bouche.

« Alors t'étais à côté de Jimmy l'aveugle lorsqu'il a prit le train de nuit pour le grand adios ? Et t'a survécut comment ? »

« Je me suis tiré pendant qu'ils massacraient tout le monde, si j'étais resté, j'aurais été le prochain sur la liste. Mais c'est plus mon problème, là en ce moment ce que je veut, c'est la tête du Feu Follet Fou. »

L'acteur d'Aryan Turner ouvrit la porte, il piqua un petit pain et le mit en bouche. Complètement rassis, il le reposa et sortit.


_________________