Partagez | 
 

 Glamour Land (Skylar Kenway)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Humain
avatar
Ϟ Mensonges proférés : 8
Ϟ Richesses amassées : 16
Ϟ Epitaphe : 04/10/2015
Ϟ Pseudonyme : Doudou
Ϟ Crédits : Niva
Ϟ Signalement : Individu robuste doté d'un implant facial respiratoire
Ϟ Gagne-pain : Gros bras, criminel et tueur à gages

Behind the Mirror
Ϟ Maestria:
Ϟ Murmures infondés:
Ϟ Réputation:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Glamour Land (Skylar Kenway)   Mar 13 Oct - 15:20

Citation :
Article de la revue à scandale « Confidential »

Edimburgh cavalcade.

Riddle le malfrat : ça roule et ça coule, ça dérape et ça rate depuis sa conditionnelle.

Ouvrez vos esgourdes vous les petits au parfum : Harris Riddle, le merveilleux, le bienveillant, le malveillant criminel, est sortit du pénitencier de Folsom depuis quelques mois. Et depuis ce jour-là, la vie de l'ancien chef publicitaire de la société Pinxit, viré pour malversations financière, s'est résumé à une longue série de dérapages incontrôlés à travers notre ville. Ville qui selon lui : « Est tenue par Aryan Turner avec ses grâces affables et exagérées, qu'il ponctue de rafales de flingues, de graisse-pattes et de la bave de ses bulldogs personnels. » Ouvrez-les bien grandes les petits et sentez, sentez la gomme qui brûle à chaque dérapage : ni vu ni connu, vite fait, bien fait, et très CONFIDENTIAL.

Il y a 3 mois, l'ancien ami intime de Harris Riddle, le criminel squelettique, aveugle et dément, Jimmy Shipstad, se fait larder le buffet par un mystérieux tueur furtif. Pas de bol pour toi Harris, Jimmy a été ton pote gros bras en douce dans quelques affaires de recels. Le seul qui t'aurais pu être d'un quelconque secours pour couper court à ta chute en vrille postpénitentiaire. Et puis tss tss tss. Vraiment tu n'aurais pas dû, aller vendre des ragots sur Aryan Turner. On nous dit que tu as fait une descente dans sa garçonnière, et que tu as prit des photos de sa cahute d'amour pour les vendre au plus offrant.

Sous l'oeil attentif de son responsable de conditionnelle, Harris a depuis tenté de reprendre la ligne droite et de déraper dans les règles. Il a fait l'acquisition d'un magasin de crèmes glacées, vite devenu un havre criminel fréquenté par les trolls. Il n'a pas fallu bien longtemps à la boutique pour tomber en faillite, lorsque les parents des chers petits se sont mis unanimement en demeure de tenir leurs enfants à l'écart de l'endroit. Harris Riddle a financé son propre numéro de boîte de nuit. Plaisanteries fines sur Aryan Turner et subtilités somnambulesques sur Pinxit au Nightclub Largo. Ronfle-la-ville : des sketchs pourris sur Aryan Turner et son jeu de golf, des vannes sur ses prétendues sbires sanguinaires qui rôdent la nuit en ville. En insistant lourdement sur les fringues de marques et les lunettes de soleil de l'un d'entre eux. Et alors là : triste-la-ville. Harris a fait Salam pour les Faës lors d'un discours public au coliseum de la ville. Soit-disant que leurs droits civiques ne seraient pas respectés par des sociétés comme Pinxit qui feraient des expériences dessus.

Des agents municipaux sont sur le point d'aller gronder Harris pour avoir magouillé les contrats des gladiateurs de la Fosse. Sale temps pour notre Harris, mais c'est pas tout. 4 de ses nervis, des mecs modifiés pour le combat, ont mystérieusement disparu, vraisemblablement après avoir été descendus par une ou plusieurs personnes inconnues et, (fait très très étrange pour vous les mecs à la coule) pour une fois, (alors qu'il tourne toujours en surmultiplié) Harris se garde le clapet bien fermé sur le sujet. Le téléphone arabe tourne à plein régime au sein de la pègre : les deux gardes du corps d'Harris (Chick et Sal, deux pervers dont la rumeur veux qu'ils soient très lavande avec les archandroïde) envisagent de monter un numéro de chantage contre les riches de la ville.

Redescends sur terre Harris. Nous nous sommes laissés dire que depuis que tu a été viré de Pinxit, ta montagne de fric commence à fondre. Tout ça est indigne de toi ! Toi qui a dirigé jadis toutes les grandes campagnes marketing d'Aryan Turner et de ses produits, avec un panache et une pugnacité paralysante ! Vous commencez à piger le tableau, cocos et cocottes ? Harris Riddle c'est dérape-la-ville, Ecosse, et il a besoin de fric, de blé, de flouze, de maille, de jonquaille, de pognon. Il a besoin de bon vieux pèze. Ce qui explique notre toute dernière première, la révélation la plus redoutable, la plus rigolarde, la plus révélatrice à vous être révélée :

Harris Riddle est aujourd'hui dans le cinébiz !! Il fait du cinéma !!

Allez bouge toi de là Hollywood : le fabuleux, le bienveillant, le malveillant Harris est aujourd'hui en train de financer un navet de film pourri bon marcher qu'on peut voir se tourner en extérieur sur Griffith Boulevard. Harris réalise en personne : «Aryan Turner » le film biographique sur la vie du PDG de la société Pinxit. C'est sensationnel, les syndicats n'y mettent pas le nez. C'est un navet de proportions épiques !

Et c'est pas finis !

Harris a choisi la gueule d'amour et de lavande Touch Reddin pour le rôle principal d'Aryan Turner. Et la touchette se brûle et se consume, un vrai crame-la-ville, pour l'autre vedette du film, le beau allègre au poignet langoureux Rock Rockwell. Petits plaisirs gays et hors champ, s'il vous plaît ! Le film est très critique sur la vie d'Aryan Turner, voilà le synopsis du scenario : « Le magnat des archandroïdes, le big boss de Pinxit, est en vérité un satrape soucieux de stupre, un grand lascif amateur de faës, ce film vous raconte toute la vérité sur sa vie de débauche et ses crimes. » On a bien essayé d'avoir une interview du grand Turner pour savoir ce qu'il pensait de ce film en cours de réalisation sur sa vie, mais il ne nous as pas répondu.

………………………...

Edimburgh Cavalcade change de braquet avec sa lettre ouverte aux services de police de la ville.

Chère police.

Récemment 3 clodos poivrots ont été retrouvés étranglés et mutilés dans des maisons abandonnées. On s'est laissé dire que le tueur qui court toujours, leur avait mis le visage en feu au moyen de colles à maquettes. Les médias n'ont accordé à ces meurtres haineusement horribles qu'une attention très légères. Personne ne semble se préoccuper du fait que 3 citoyens de notre ville aient ainsi atteint à leur néfaste et nauséeux nadir. Il n'a pas été fait appel à la division criminelle de la police dans le cadre de l'enquête. Pour l'instant l'affaire est à la charge de 2 inspecteurs. Pas un de plus. Vous les mecs à la coule, vous savez bien que ce qui fait l'enquête, c'est le pedigree de la victime. Plus il est gros, plus il a de jus. Et si 3 citoyens sans souci se font frire la figure par un psychopathe renifleur de colle, ce n'est pas le capitaine de la brigade criminelle qui va perdre son temps et son énergie à monter une enquête de grande envergure. Souvent il suffit d'un petit nom qui accroche l'oeil et l'oreille pour attirer l'attention du public sur une sale affaire criminelle. Créant ainsi la clameur nécessaire pour demander justice. En conséquence, CONFIDENTIAL baptise ce monstre meurtrier anonyme « Le Feu Follet Fou » et demande à la police de le retrouver, avant de lui arranger un rancard bien brûlant dans le couloir de la mort de Folsom. On vous le cuisinera aux petits oignons sur le gaz. Et ce tueur là, c'est au moins 4 brûleurs qu'il mérite pour la bonne crame.

Ouvrez l'oeil, de nouveaux renseignements ne vont pas tarder sur le « Feu Follet Fou » et n'oubliez pas, c'est ici que vous l'avez entendu en premier : ni vu, ni connu, vite fait, bien
fait et très CONFIDENTIAL.

…………………………

Sid Farlan déboula sur un parking d'occase de méchante humeur. Ce taré de serial killer, le Feu Follet Fou comme on l'appelait, avait massacré 3 de ses amis clodos. Ça faisait une semaine qu'il le traquait sans résultats dans les rues. Il s'approcha en entendant des cris et des manifestants qui remuaient là-bas dans le fond. Il aperçu le plateau de tournage en plein air avec les caravanes, les caméras et un décor pourri. Plein de panneau du genre : Mort à Pinxit ! Sid passa la ligne en force à coup de coudes pour se frayer un passage. Il en imposait physiquement, les rangs s'ouvrirent face à lui. Voilà Chick, un des gardes du corps de Riddle qui lui donna des tapes dans le dos.

« Tu cherches Harris ? Je paris que tu va lui demander du boulot. »

« Pourquoi tu dis ça ? »

« Gros Sid, c'est une conclusion incontournable pour le connaisseur averti. »

« Et pourquoi vous auriez besoin d'un gros bras ? »

« Mais pour virer cette bande de con qui s'agglutine jour et nuit devant le tournage du film parce qu'ils aiment pas Aryan Turner. Ils nous soutiennent ok, mais ils font un de ces boucans. On est obligé de doubler toute la bande son et ça nous coûte du fric. »

Quelqu'un quelque part hurla :

« Caméras ! On tourne ! »

Sid s'approcha du plateau pour mater une scène en cours de tournage. Voilà Touch Reddin dans le rôle d'Aryan Turner en train de clamer :

« Bientôt cette ville sera à moi ! Tout m'appartiendra ! »

Chick commenta dans l'oreille de Farlan :

« On l'a prit uniquement parce qu'il ressemble physiquement à Turner, mais il est nul à chier comme acteur. Il me gonfle, entre deux prises soit il se bourre le lard avec un caméraman dans une caravane, soit il court après les Faës dans les toilettes de Fern Dell. Tu vois ce mec avec ce mégaphone ? C'est Fritzell, le metteur en scène. Harris l'a engagé pour queudale. Il serait incapable de filmer une enfilade de Troll en train de baiser des Faës. Il est toujours en train de trainer avec Wylie, le preneur de son, qui lui à un endroit où crécher, au contraire de tous les clodos qu'Harris a engagé. Ils dorment tous sur le plateau, on croirait une jungle de routard. »

Des figurants déguisés en Faës (ils portaient des masques de caoutchouc en latex) sautillèrent dans leur costume vers les acteurs qui jouaient les sbires scientifiques de Pinxit. Hop hop ! Et la bouteille de bière qui gicle d'une des poches arrières des pantalons. Le réalisateur hurla :

« Coupez ! Je vous ai déjà dit de laisser vos flasques d'alcool avec vos couvertures et vos sacs de couchage ! Et souvenez vous des ordres de Mr Riddle. Pas d'alcool avant la pause déjeuner. »

Hop hop ! Les gus qui se faufilent en catimini hors du décor. Le réalisateur hurla encore :

« Pause de 5 minutes ! On ne picole pas ! »

Sal, l'autre garde du corps de Riddle vint se faufiler à côté de Sid.

« Tu cherches Harris ? »

« Pourquoi tu demandes ça ? »

« Et bien gros Sid, c'est une conclusion incontournable pour le connaisseur averti. »

Clin d'oeil.

« Harris va revenir, il passe toujours se procurer du pain rassis d'une semaine pour les sandwichs. Imagine la cuisine qu'on nous fait. Pain rassis, beignets rassis, et cette viande, celle qui se revend sous le comptoir de l'abattoir de Vernon. Imagine, un de nos trolls qui sert de videur, a arrêté de manger sur le plateau quand il a vu de la fourrure dans son plat. »

Sid scruta la scène et aperçut l'acteur d'Aryan Turner en compagnie d'un autre acteur déguisé en augmenté avec des lunettes et un trench coat. Le type rappella furieusement à Sid le bien sapé qu'il avait du accompagner une nuit pour les basses œuvres de Pinxit. Il se prit une petite suée, modèle poids lourd. Il se souvenait encore de sa détention en salle d'interrogatoire avec le bien sapé.

« Regarde, là Touch parle avec Rock Rockwell, l'acteur qui incarne l'assassin favoris d'Aryan Turner. C'est un camé, Harris le paie en méthédrine dilué. Le connard dit son texte, se shoote sa dose et bafre du sucre. Il faut le voir engloutir ces vieux beignets rassis. »

L'acteur ressemblant comme deux gouttes d'eau à Kenway, s'éplucha une barre chocolaté et manqua de trébucher, l'acteur d'Aryan Turner le rattrapa par les pans de sa veste. Quelqu'un quelque part hurla :

« Boooh ! Vous jouez comme des pieds ! »

L'acteur d'Aryan Turner balança un doigt d'honneur dans la direction d'où venait le quolibet. Sid décampa après en avoir assez vu et toqua à la porte de la caravane de Riddle. La voix d'Harris retentit :

« La paye boisson est pas distribué avant 18h ! Le foutoir que vous me collez, bande de traînes-savates ! Ici c'est un plateau de cinéma ! Pas une forêt de Faës ! »

Sid ouvrit la porte et attrapa un petit pain qu'il essaya de renifler à travers son masque. Il ne pouvait plus manger par la bouche et était contraint de s'injecter des nutriments.

« Eh ! GROS SID ! Ça va ?»

Riddle, vautré dans son fauteuil.

« Non, ça fait des jours que je traque le Feu Follet Fou sans succès, les flics s'en foutent, on risque pas de le retrouver. Je suis venus voir par curiosité et je voudrais te dire : arrête ce tournage si tu tiens à ta vie. Aryan Turner va te faire buter. Je sais de quoi je parle, j'ai faillit me faire buter après avoir tenté de leur voler un truc. J'ai été forcé de les conduire à Jimmy Shipstad et la bande de sanguinaire de Turner l'a massacré. Sincèrement Harris, je t'aime bien, je veux pas te voir crever, arrête de tourner ce film de merde, sinon ils vont te faire pareil qu'à Jimmy. »

Sid observa les 4 murs : des posters d'Aryan Turner partout. Riddle lui avait dessiné des grosses moustaches ou des bites dans la bouche.

« Alors t'étais à côté de Jimmy l'aveugle lorsqu'il a prit le train de nuit pour le grand adios ? Et t'a survécut comment ? »

« Je me suis tiré pendant qu'ils massacraient tout le monde, si j'étais resté, j'aurais été le prochain sur la liste. Mais c'est plus mon problème, là en ce moment ce que je veut, c'est la tête du Feu Follet Fou. »

L'acteur d'Aryan Turner ouvrit la porte, il piqua un petit pain et le mit en bouche. Complètement rassis, il le reposa et sortit.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Méca-humain
avatar
AGENT VIPER : SHADOW

Ϟ Mensonges proférés : 562
Ϟ Richesses amassées : 885
Ϟ Epitaphe : 01/06/2014
Ϟ Pseudonyme : Blackbird ~
Ϟ Crédits : Blackbird ~
Ϟ Gagne-pain : Agent Black Viper, chien d'attaque de Pinxit Industries, assassin professionnel.
Ϟ Liens utiles : Ϟ Ma fiche -
Ϟ Mes liens -
Ϟ Mes RPs -


Behind the Mirror
Ϟ Maestria:
Ϟ Murmures infondés:
Ϟ Réputation:
554/3000  (554/3000)

MessageSujet: Re: Glamour Land (Skylar Kenway)   Mar 13 Oct - 22:26

Shadow contemplait Edimbourg par la baie vitrée du bureau d’Aryan Turner. Les rayons du soleil tout juste levé filtraient à travers les vitres impeccables et se reflétaient sur ses lunettes. Combien de temps n’avait-il pas vu le soleil ? Lors de son reconditionnement, le docteur O’Brien l’avait autorisé à l’occasion à quitter les locaux d’Harmattan et à voir la lumière du jour. Mais c’était bref comme une récompense. Et c’était devenu fade…comme tout le reste. L’Ombre d’Aryan Turner avait changé. Elle s’était enfermée dans un profond silence, et il était difficile de l’en sortir. Comme toutes les ombres, elle restait auprès de son maître à moins qu’il ne l’envoie accomplir ses basses besognes. Elle veillait à sa protection, et partageait ses secrets. Son silence n’était qu’une trop belle aubaine.
C’est d’ailleurs en silence que Shadow admirait la beauté de l’aube. Debout derrière Père, les bras croisés, il semblait pensif. Il avait cessé de penser à la beauté des choses.
Père était assis à son bureau et consultait ses mails personnels. Soudain, sa mâchoire se serra de même que ses poings. Un détail évident à l’œil de son Ombre. Shadow l’observa, se demandant quelle nouvelle le contrariait si fort. A Père de dire :
Encore cette histoire de film.
Shadow savait de quoi il en retournait. Neo avait chopé l’info sur la Matrice et avait mis toute l’équipe au courant.
« Eh les mecs, vous connaissez la meilleure ? » Qu’il avait dit au déjeuner entre deux plaintes à propos du bœuf bourguignon et de la manie de Père de leur faire servir de la bouffe française. « Cet enfoiré d’Harris Riddle va faire un film sur ‘pa. Dit comme ça, on croirait à un biopic pourri, mais en vrai, c’est un truc engagé. Ils vont faire des révélations, eh ouais ! »
Cette affaire mettait Père de mauvaise humeur. Et tout le monde le savait : qui veut vivre longtemps évite d’emmerder Aryan Turner.
Ce dernier saisit tranquillement sa tasse de café et en but une gorgée avant d’appeler :
Skylar.
Shadow tourna autour du bureau. Sa propre ombre glissa à sa suite, glissa sur le bureau, glissa sur Aryan. Il plia le genou face à lui, qui ne lui accorda le moindre regard. La tête baissée, Shadow attendit ses ordres.
L’image que je donne au monde est celle d’un visionnaire.
Il se leva et se mit à marcher, les mains dans le dos.
Je vois au-delà de l’humain. De l’humain et de ses basses considérations. Je suis prêt à donner sa chance à cette humanité décadente. Tu le sais, Skylar, que je suis cet homme-là.
Oui, Père.
Toi, en revanche, tu es mon ombre.
Sa main se posa sur son épaule.
L’exécuteur des moyens qui justifient cette fin grandiose que je m’efforce d’atteindre. J’aimerais que tu leur montre toute la dangerosité de mon côté obscur.
Ce sera fait, Père.

_____

C’était franchement minable. Le tournage ressemblait à un campement de manouches, les chiens en moins. Shadow regardait les caravanes d’un regard critique. Les verres orangés de ses lunettes étaient rétractés, dévoilant l’azur glacé de ses yeux cybernétiques. Ceux-ci glissaient d’un côté à l’autre, analysant les alentours comme les décors, les costumes comme les gens. Le moindre de ses sens était agressé. La lumière crue l’aveuglait. Les miasmes des soulards et les exhalaisons des « acteurs » en fin de tournage lui faisaient froisser du nez. Les répliques des « acteurs » vrillaient ses tympans.
Ça faisait bien dix minutes qu’accoté à une caravane, il observait Touch Reddin caricaturer Père.
Bientôt cette ville sera à moi ! Tout m'appartiendra !
Shadow secoua la tête. Ç’avait beau être mal joué, c’était un bon résumé des interminables discours de Père. Il s’ennuya bien vite et décida d’aller voir ailleurs. C’est à ce moment qu’il le vit. Ce type, là, cette brute au respirateur bon marché…il le connaissait. Ils avaient bossé ensemble, il y a des mois de ça. Avant son séjour en France, à Harmattan, où il avait souffert mille morts au nom d’un idéal, et de Père. Intrigué, Shadow se mit à le suivre de loin. Etrangement, personne ne faisait attention à lui. Il tomba sur un type complètement rond qui lui lâcha un « Hé, salut Rockwell » avant de se rendormir. Shadow arqua un sourcil interrogatif, et comprit en voyant sa fameuse doublure. Donc, ce gars-là jouait à l’Ombre de Pinxit. Putain, ses frères se tordraient de rire s’ils voyaient ça.
Bah, c’était la couverture idéale. Shadow évoluait dans ce campement comme un VIP. A deux pas de la caravane du producteur, il croisa l’acteur de Père. Le gars se mit à le chauffer. C’était extrêmement dérangeant. Vraiment. A la seconde même où sa main chercha à le caresser, Shadow le saisit au col et le plaqua contre la caravane la plus proche. La lame de son avant-bras était sortie de son fourreau et Shadow la gardait fermement maintenue contre la gorge de sa victime. Il la regardait froidement. Aucune émotion ne se lisait dans ses yeux cybernétiques dont les anneaux tournaient sur eux-mêmes en chuintant, comme si la Machine essayait de distinguer la vraie Autorité Suprême de la fausse. Faut dire que ce connard ressemblait comme deux gouttes d’eaux à Père.
La porte de la caravane s’ouvrit sur un type bougon en train de monologuer.
…je vous ai déjà dit de pas boire pendant le tournage !

_________________
    You saw my light start to fade when my heart turned cold
    You saw the fright in my eyes when they raped my soul
    I always tried to be good, but was misunderstood
    I always tried to be good, I tried the best I could
    You saw me cryin', mm-hmm
    You saw me cryin', mm-hmm

    I burned the past, burned it down, left it all behind
    Was born again from the ashes that were on the ground
    I'm healing well, getting strong with every passing day
    But it's so hard when the world wants you to go away
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humain
avatar
Ϟ Mensonges proférés : 8
Ϟ Richesses amassées : 16
Ϟ Epitaphe : 04/10/2015
Ϟ Pseudonyme : Doudou
Ϟ Crédits : Niva
Ϟ Signalement : Individu robuste doté d'un implant facial respiratoire
Ϟ Gagne-pain : Gros bras, criminel et tueur à gages

Behind the Mirror
Ϟ Maestria:
Ϟ Murmures infondés:
Ϟ Réputation:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Glamour Land (Skylar Kenway)   Mar 20 Oct - 7:34

« Gros Sid, j'aime à dire que ce film fera sensation. Touch Reddin est un sous-doué de première mais sa ressemblance physique avec Aryan Turner est troublante. Tu sais gros Sid, j'ai songé à faire kidnapper Turner pour le remplacer par Reddin son sosie, qui m'aurait obéit au doigt et à l’œil à la tête de Pinxit, mais il n'aurait pas fait illusion pendant une journée. Mais j'ai quand même trouvé un moyen d'accomplir ma vengeance. Ce film gros Sid, ce film ! »

« Mais pourquoi tout le monde m'appelle gros Sid et pas Sid tout court ? Je suis pas gros ! J'suis costaud ! »

« Si tu veux gros Sid, si tu veux. »

« C'est vrai que t'as réussit à foutre la main sur des trucs compromettants de Turner ? Confidential disait que t'avais prit des photos de sa garçonnière pour les vendre au plus offrant. »

« Malheureusement non, mais j'ai fait croire que oui, avec Touch Reddin, j'ai tourné une scène que je mettrais dans le film et qui montrera la perversion d'Aryan Turner au public, il saute sa secrétaire dans cette séquence cruciale. »

« Passe pas cette scène dans ton film, tu va signer ton arrêt de mort pour de bon, les molosses de Pinxit vont te le faire tout doucement avant de t'envoyer dans la tombe. »

« Le train de nuit pour le grand adios ne me fait pas peur, tient regarde la scène gros Sid et dis moi ce que t'en penses. »

Riddle attrapa une télécommande et alluma le petit écran de sa caravane, il sélectionna un des fichiers comprenant diverses scènes destinées à figurer au montage final. Il appuya sur play :

Citation :
Aryan Turner en train de se plaindre à sa secrétaire :

« Je déteste cette saloperie d'ascenseur. »

« Arrête de te lamenter mon lapin, pense plutôt que j'attends ma dose d'ardeur à la Turner. »

Aryan se poile, une secrétaire qui fait de l'humour. Ha ! Ha ! Une fois dans le bureau, Turner aboya :

« Ouvre ma braguette ! Ce salopard commence à parler ! »

Non d'une trique ! La secrétaire obtempéra, évidemment on ne voyait rien des détails anatomiques à l'écran, vu que le film était tout public. Aryan Turner lança :

« Agrippe-la-moi ! Et dis moi qu'elle est grosse ! Ou tu ne seras jamais promu chef secrétaire ! »

La secrétaire staccata :

« Elle est teeeeellement grosse. »

Aryan Turner, emporté par la passion :

« Ôtons nos vêtements, je veux parler affaire avec toi ! »

Aryan Turner, tout palpitant d'être paluché, il grogna :

« Plus vite ! Il va aborder le meilleur passage ! »

La secrétaire qui s'emoustille :

« Vous êtes mieux monté qu'un troll ! Et mieux monté que mon mari et que n'importe quel type ! Merde, elle s'est tellement ramollie qu'elle m'a glissé entre les doigts. »

« Alors ? »

« Euh… je… comment dire… Touch Reddin joue… très bien... »

« C'est vrai gros Sid ? Tu ne dis pas ça pour me faire plaisir au moins ? »

« Du tout... »

« ça sera l''une des scènes majeurs de mon film. »

« Tu es sûr que le vrai Aryan Turner fait ça avec ses secrétaires ? »

« On s'en fout, ça sera dans le film. »

« Tu passeras pas l'année Harris, Il te fera torturer. »

Un grand boum contre la caravane. L'écran tomba au sol, un cadre d'une photo tomba par terre, les petits pains rassit s'étalèrent sur le plancher ? Harris Riddle sortit furieux et clama :

« Je vous ait déjà dis de pas boire pendant le tournage. »

Farlan sortit aussi. Il aperçut le visage d'Harris qui devenait blanc, complètement apoplectique. Il vit le bien sapé qui tenait Touch Reddin fringué en Aryan Turner et en train de gigoter.

« Et merde... »

Harris détala en courant et disparut dans la foule d'acteurs ivres. Sid brandit ses mains en signe de paix.

« Ne nous énervons pas. Ok ok, ils ont tous déconné avec leur navet de série B. Mais c'est pas pour ça qu'il faut les tuer non ? Allez fait un geste, juste une petite remontrance musclée pour qu'ils ne recommencent plus, ça devrait suffire non ? »

Touch Reddin agita frénétiquement la tête en signe d'assentiment.

« Allez, c'est pas comme s'ils avaient attaqués une usine de Pinxit pour voler un truc dedans, hu hu ! Non oublie ce que je viens de dire, mauvais exemple. »

Rock Rockwell fringué en Skylar, se ramena en titubant, il rota, Sid leva les yeux au ciel.

« Écoute le bien sapé, t'as cas passer un peu de temps avec nous, tu verras que ça mérite pas la mort, je suis sûr que Harris va réécrire le scénario si tu lui demandes gentiment et couper quelques scènes un peu… raté si tu insistes. Tu verras que y'a pas besoin de trucider tout ce jolie monde pour si peu. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Méca-humain
avatar
AGENT VIPER : SHADOW

Ϟ Mensonges proférés : 562
Ϟ Richesses amassées : 885
Ϟ Epitaphe : 01/06/2014
Ϟ Pseudonyme : Blackbird ~
Ϟ Crédits : Blackbird ~
Ϟ Gagne-pain : Agent Black Viper, chien d'attaque de Pinxit Industries, assassin professionnel.
Ϟ Liens utiles : Ϟ Ma fiche -
Ϟ Mes liens -
Ϟ Mes RPs -


Behind the Mirror
Ϟ Maestria:
Ϟ Murmures infondés:
Ϟ Réputation:
554/3000  (554/3000)

MessageSujet: Re: Glamour Land (Skylar Kenway)   Mar 20 Oct - 23:32

A l’instant où Harris Riddle sortit sa sale gueule de la caravane, c’était comme si le monde s’était figé. Il avait reconnue l’Ombre de Pinxit. Réflexe : il détala comme la bonne proie qu’il était. Shadow ne s’élança pas à sa poursuite. Ça n’aurait été ni très discret, ni franchement amusant…si tant est qu’il se souvînt de ce que « s’amuser » signifie. Il devait bien en avoir conscience un minimum, car il ressentait un certain plaisir à l’idée de traquer sa proie. Le frisson de la chasse était quelque chose d’irremplaçable. Ce connard allait flipper dans un coin, effrayé comme une fillette dans la noirceur de la nuit. Chaque ombre se changerait en danger, chaque souffle de vent en avertissement. Un tueur implacable était à ses trousses, et il finirait par le trouver.
C’était sans compter sur la présence de cet homme étrange dont le souvenir était incertain. Quand il parla, les iris de Shadow glissèrent de Touch Reddin à lui et il l’observa avec attention.
Une remontrance musclée ? Il le prenait pour un molosse sans cervelle, ou quoi ? Père avait ordonné de leur apprendre le respect, et sa volonté serait faite. Shadow ne tuerait personne à moins d’y être obligé. Non, il allait faire pire…bien pire que ça.
Il regarda à nouveau Touch Reddin. Ce type le dégoûtait. S’il ressemblait physiquement à Père, son comportement n’avait rien de celui d’un impitoyable PDG d’entreprise. Il était apeuré. Son visage en était déformé et ses yeux brillaient d’une envie de chialer. Il s’était pissé dessus.
A ce moment, son propre sosie se pointa. Débraillé, démarche et manières d’ivrogne.
Ouah, j’dois être sacrément défoncé, fit-il en voyant Shadow.
Ce dernier coula un regard dans sa direction. Il en revint ensuite à Touch Reddin et plissa les yeux. Il n’y avait rien à dire : ce simple regard suffisait. Joue encore une fois au con et je t’arrache la trachée.
Il le relâcha comme s’il avait touché quelque chose de dégueulasse. L’acteur tomba sur le cul et mis le maximum de distance entre lui et Shadow. Pitoyable.
L’Ombre s’intéressa alors à ce type étrange. Il leva la tête vers lui et le regarda un moment.
Il n’y a aura aucune scène à couper, dit-il. Il n’y aura aucun film.
Une autre fois, il jeta un œil à ces deux connards d’acteurs. Un regard vide d’émotions et pourtant plein de reproches.
Je ne suis pas là pour tuer, ajouta-t-il en fixant le type.
Son regard signifiait : ce ne serait pas très professionnel.
Vous croyez vraiment qu’Aryan Turner entraîne des assassins ? Je suis là pour faire entendre Sa proposition à monsieur Harris.
Dommage qu’il se soit tiré. Tant pis, il importait seulement qu’il soit en vie pour accepter la proposition. La nature de celle-ci et l’état dans lequel il l’accepterait n’étaient évidemment pas précisés. Et rien sur le visage de Shadow ne trahissait quelque méthode discutable qu’il était capable d’employer.
On se connaît, je crois, dit-il enfin.
Mine de rien, il n’avait jamais autant parlé depuis son retour de France.

_________________
    You saw my light start to fade when my heart turned cold
    You saw the fright in my eyes when they raped my soul
    I always tried to be good, but was misunderstood
    I always tried to be good, I tried the best I could
    You saw me cryin', mm-hmm
    You saw me cryin', mm-hmm

    I burned the past, burned it down, left it all behind
    Was born again from the ashes that were on the ground
    I'm healing well, getting strong with every passing day
    But it's so hard when the world wants you to go away
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humain
avatar
Ϟ Mensonges proférés : 8
Ϟ Richesses amassées : 16
Ϟ Epitaphe : 04/10/2015
Ϟ Pseudonyme : Doudou
Ϟ Crédits : Niva
Ϟ Signalement : Individu robuste doté d'un implant facial respiratoire
Ϟ Gagne-pain : Gros bras, criminel et tueur à gages

Behind the Mirror
Ϟ Maestria:
Ϟ Murmures infondés:
Ϟ Réputation:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Glamour Land (Skylar Kenway)   Mer 28 Oct - 15:14

Farlan fut soulagé. Selon ses dires, le bien sapé ne voulait pas la mort d'Harris, mais lui faire « une offre qu'il ne pourrait pas refuser » si l'on peut dire. Ça allait sans doute être le même genre d'offre qu'on lui avait fait lorsqu'il était captif de Pinxit : Menez nous à votre employeur ou on vous massacre. Mais au moins son ami Riddle pourrait s'en sortir en vie. Aussi Farlan s'empressa d'aller dans le sens du tueur en face de lui :

« Bien sûr qu'on se connaît, une tronche d'implant comme la mienne, y'en a qu'une seule en ville. On a du se taper Sightill tous les deux de nuit. Tu te souviens pas le bien sapé ? On s'est rendu dans… euh… « l'établissement » de Jimmy Shipstad l'aveugle. Toi et ta bande de gros durs vous l'avez dézingué. Pour en revenir à Harris je suis sûr qu'il sera ravit d'accepter la proposition de Pinxit si on le laisse en vie. Dîtes vous autres, vous sauriez pas où il s'est enfuit par hasard ? »

Sid avait suivit du regard le réalisateur du film pendant sa fuite, et il l'avait vu plonger dans sa voiture avant de démarrer en trombe, il avait manqué de rentrer dans un réverbère avant de filer.

Touch Reddin sortit sa flasque et picola son gin.

« Y'a plusieurs endroits où il pourrait s'être tiré en courant pour aller se réfugier, on a cas aller les visiter un par un. »

Rock Rockwell mata le manteau de Kenway façon j'ai-envie-d'avoir-le-même. Il sortit de sa poche un séconal, il se fit une ligne sur sa main et la sniffa.

« Ouais, allons-y, on prend la voiture de Touch et on part à sa recherche. »

« ça te convient le bien sapé ? Je sais pas où il s'est tiré, mais dans moins d'une heure on l'aura retrouvé. »

………………………..

Une grande limousine Lincoln à châssis long. La bagnole personnelle de Touch Reddin. En route pour les coins glauques de Sightill la nuit. Les deux banquettes arrières se faisaient face, les genoux des passagers se touchaient : Touch à côté de Sid. Rockwell à côté de Kenway. L'acteur ivre avait insisté pour s’asseoir à côté de Skylar. Il lui avait même proposé un séconal. Vitres fumées et stéréos à l'arrière. La musique sortait par 6 hauts-parleurs.

La limousine prit le large. Le petit frère de Reddin, un maigrichon nommé Roscoe, tenait le volant. Sid était mélancolique à pas pouvoir boire une seule goutte d'alcool à cause de son masque. Les deux sous-doués ne se privaient pas. Touch raconta sa blague pas drôle sur Pinxit : c'est l'histoire d'Aryan Turner qui maquereaute ses archandroïdes pour financer sa nouvelle campagne de pub. Rockwell affûtait vers Kenway un regard type « J'adore-ta-veste-je-veux-la-même. » Sid surveillait le bien sapé du coin de l’œil. Il pouvait se mettre à buter tout le monde dans la voiture au moindre truc pensait-il. Roscoe évita un clochard en faisant une embardée, Rockwell bouscula les jambes de Reddin. Leurs pieds se heurtèrent, Enfoiré, tu empiètes sur mon territoire.

« Eh regarde, je suis sûr que t'es pas foutus de faire ça ! »

Rockwell s'alluma une cigarette, il tira dessus et la consuma entièrement en une seule aspiration. Il rejeta la fumée par les narines. Il enfuma tout l'arrière de la voiture. Reddin tenta de faire pareil, il alluma une clope, il aspira une bouffée, il toussa. Il fit tomber sa cigarette dans son giron. Elle brûla son pantalon. Il lâcha un juron. Il donna de grandes claques pour éteindre la flamme. Rockwell se marra. Touch lui sauta dessus furieux. Rock lui asséna un coup dans la tronche, Sid se prit un coup par inadvertance, les deux sous-doués luttèrent sur la banquette, toute griffe dehors. Ils tapèrent sans faire exprès Roscoe, le chauffeur fit une embardée et quitta la route. La limousine frôla le rebord du trottoir en un bruit infernal et rentra dans le décor. La limousine valsa et se retrouva aplatit sur le dos, complètement retourné. Sid Farlan rampa hors du véhicule et se releva en titubant.

« Par toutes les femmes du harem d'Aryan Turner ! Je savais que j'aurais pas du monter dans la même voiture que ces deux là ! Je sent que la nuit va être longue, très longue. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Méca-humain
avatar
AGENT VIPER : SHADOW

Ϟ Mensonges proférés : 562
Ϟ Richesses amassées : 885
Ϟ Epitaphe : 01/06/2014
Ϟ Pseudonyme : Blackbird ~
Ϟ Crédits : Blackbird ~
Ϟ Gagne-pain : Agent Black Viper, chien d'attaque de Pinxit Industries, assassin professionnel.
Ϟ Liens utiles : Ϟ Ma fiche -
Ϟ Mes liens -
Ϟ Mes RPs -


Behind the Mirror
Ϟ Maestria:
Ϟ Murmures infondés:
Ϟ Réputation:
554/3000  (554/3000)

MessageSujet: Re: Glamour Land (Skylar Kenway)   Jeu 5 Nov - 13:58

Shadow avait toutes les difficultés du monde à se souvenir de ce type. C’était comme si les détails de sa vie d’avant avaient été effacés à mesure qu’O’Brien avait augmenté sa douleur. Quelle importance, au final ? Ce type n’était rien. Rien sinon un énième raté qui se dressait sur son chemin. Shadow regarda les autres, ces pantins minables aux airs si familiers. Il mourait d’envie de leur faire payer leur stupidité, et il s’en serait fait un plaisir si ça n’avait été contraire aux ordres de Père. Il se retint donc et se joignit à eux à contrecœur, certain qu’ils allaient le ralentir et non faciliter sa traque.
Shadow était comme une statue de glace à la merci de toute la décadence humaine. Tandis ce que ses compagnons d’infortune s’agitaient, il contemplait la ville défiler par les vitres teintées. L’éclairage urbain et son jeu de clair-obscur faisait miroiter ses doigts d’acier et donnait à son regard une lueur farouche. Il avait beau ignorer Reddin et Rockwell, rien ne lui échappait. Une mauvaise blague sur Père valut à Reddin un regard de travers. Recommence. Tu crois que je fais des menaces en l’air ? Il la ferma définitivement.
Eh regarde, je suis sûr que t'es pas foutu de faire ça !
Shadow entendit le défi à défaut d’écouter quoique ce soit, et il s’effaça aussitôt dans les méandres de ses songes. Car accoudé à la portière, la main nonchalamment égarée au bord de ses lèvres, Shadow semblait pensif. Et presque humain. Presque. Une odeur de fumée le réveilla. Comme un fauve aux aguets, il tourna la tête vers Reddin. Il le fixa, l’esprit bloqué. La Machine voyait Père, l’Homme voyait une pâle imitation…Contradiction insupportable. La mâchoire de Shadow se serra tandis ce que bien malgré lui, il voyait Aryan Turner se ridiculiser devant lui. Exaspéré, il secoua la tête dans l’espoir de sortir ces images de son esprit.
Les deux connards se mirent à se battre. Tout foutu le camp en un rien de temps. La bagnole heurta un trottoir à toute vitesse et se retrouva sur le toit dans un tonnerre de métal cabossé. Le choc assomma Shadow si bien que son système se réinitialisa. Reddin et Rockwell gémissaient. Vous ne connaissez rien de la douleur.
Les doigts enfoncés dans le châssis, Shadow s’extirpa du tas de ferraille. Il marcha quelques pas. Ses yeux voyaient une image nette malgré le choc, et par-dessus défilaient toutes les données de son système. Il mit quelque temps à se stabiliser.
Shadow mit un genou en terre et examina la route. Ses doigts effleurèrent le bitume d’un geste tranquille. Véhicule à châssis lourd et pneumatiques usés. Passé là récemment. Conducteur pressé. Il y avait très peu de circulation dans ce coin-là de la ville. Harris était sûrement passé par là.
Shadow se releva.
Vous ne faites que me ralentir. Je mettrai moins de temps à traquer Harris seul.

_________________
    You saw my light start to fade when my heart turned cold
    You saw the fright in my eyes when they raped my soul
    I always tried to be good, but was misunderstood
    I always tried to be good, I tried the best I could
    You saw me cryin', mm-hmm
    You saw me cryin', mm-hmm

    I burned the past, burned it down, left it all behind
    Was born again from the ashes that were on the ground
    I'm healing well, getting strong with every passing day
    But it's so hard when the world wants you to go away
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Glamour Land (Skylar Kenway)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Glamour Land (Skylar Kenway)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» tutorial chariot de guerre sur base de land raider
» land speeder dark eldar
» ★ GLAMOUR PEOPLE
» Plusieurs land raider
» Comment détruire les Land Raider ???

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ϟ Steel & Dust :: 
 :: Sighthill
-