Partagez | 
 

 Blayne Weston, Aka Centurion et Chef des Vipers !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Méca-humain
avatar
Ϟ Mensonges proférés : 34
Ϟ Richesses amassées : 38
Ϟ Epitaphe : 04/10/2015
Ϟ Pseudonyme : Envy
Ϟ Crédits : Auroralion

Behind the Mirror
Ϟ Maestria:
Ϟ Murmures infondés:
Ϟ Réputation:
500/3000  (500/3000)

MessageSujet: Blayne Weston, Aka Centurion et Chef des Vipers !   Dim 4 Oct - 18:35

Blayne Weston

Informations

Famille Ϟ Il ne s'en souvient pas. Et au fond, quelle importance ! Sa seule famille... ce sont les Black Vipers et Aryan Turner Niveau de vie Ϟ Riche, évidemment. Etre un chien d'Aryan Turner... ça aide Emploi et études Ϟ Chef des Black Vipers Résidence Ϟ Newtown 


Capacités

Pouvoirs Ϟ Aucun Améliorations Ϟ Armure cybernétique : elle est épaisse mais légère et permet une grande facilité de mouvement. Résistante, elle protège très bien des attaques à arme blanche ou des armes à feu. Elle est également équipée d'un système de camouflage, lui permettant de se dissimuler un minimum. Evidement, c'est en fonction de l'environnement. Elle ne va pas, par exemple, reproduire les motif d'une tapisserie... Mais s'il doit passer devant un mur uniforme... il parviendra à se confondre avec celui-ci.
Evolved : Il se manifeste en recouvrant sa peau brûlée d'une très fine couche de métal qui remplace en quelque sorte les tissus endommagés et qui s'avère aussi souple qu'une véritable peau mais un peu plus résistante.
Booster : augmentation de vitesse et de force qui lui permettent une meilleure agilité et une force plus grande lors de ses attaques.
Yeux : visions nocturne et thermique lui permettant une meilleure visibilité dans les environnements peu ou pas éclairés. Il possède également un système de ciblage qui lui donne la possibilité de « verrouiller » des proies potentielles sans les perdre de son champ de vision. A noté que ces améliorations sont concentrées sur un seul œil. Suite à un accident, Blayne a perdu le second. Le nerf optique ayant été trop endommagé, il n'a plus été possible de remplacer l'œil. A part par un œil artificiel qui ne transmet rien du tout et qui n'est là qu'en « décoration ».
Amplification des sens : son ouïe, sa vue, son odorat ainsi que le toucher sont amplifiés grâce à différents implants qui augmentent la capacité des capteurs sensoriels naturels. Petite exception concernant le touché : l'implant lui retranscrit uniquement le sens du touché à travers l'armure. Par exemple, si vous lui mettez la main sur l'épaule, il aura la même sensation que s'il n'avait pas d'armure.
Inhibiteurs de douleur : Ils ne suppriment pas la douleur. Loin de là. Mais les signaux naturels qui transmettent la douleur au cerveau sont ralentis et les capteurs de douleur sont rendus moins sensibles.
Système de communication : Ce système de communication permet de recevoir et de transmettre des messages sans générer des sons audibles, grâce à une micro-puce directement implantée à proximité des tympans. Les signaux vidéo accompagnant les transmissions entrantes sont directement projetées sur la rétine.
Ses deux épées longues : bien qu'elles ne soient pas des améliorations à proprement parlé, elles sont intimement liées à Blayne et font pratiquement parti de lui. Personne ne peut les tenir par la garde à part lui. Si vous tentez l'expérience... et bien... un système s'enclenchera et de gentilles petites lames en sortira pour vous transpercer la main – si vous êtes un humain – ou bien une onde électrique mettra très à mal votre système cybernétique si vous avez des membres améliorés. Vous pouvez toujours essayer de la tenir par la lame mais... ça n'est pas pratique si vous voulez vous battre avec, pas vrai ? Et si par chance vous avez réussi à déjouer ce système de sécurité, il faut encore pouvoir retourner l'épée contre son propriétaire. Hors, un champs de force sera généré si la lame est à quelques centimètres du Viper. Elles possèdent un système de détection lié à son Evolved. Il n'y a que Blayne qui puisse se blesser lui-même avec ses propres épées. Ces armes ne possèdent donc qu'un seul maître : Blayne Weston
Voix artificielle : il s'agit tout simplement d'une simple voix robotisée. Il s'agit d'un implant qui imite la voix de Blayne et peut seconder ses cordes vocales. Blayne l'utilise très peu, préférant de loin utiliser sa voix naturelle. Ce système n'a pas été installé pour le protocole des Vipers et n'a pas vraiment d'utilité. On le lui a mis pour voir si c'était possible. Tout simplement.
Atouts Ϟ Grâce à un mélange subtile de force, de résistance et d'agilité, Blayne est le plus polyvalent des Vipers. Ça lui permet d'affronter une large fourchette d'adversaires et d'agir sur différents fronts de missions. Sa spécialité est le combat rapproché. C'est même le meilleur des Vipers dans ce domaine. Faiblesses Ϟ Comme toute personne augmentée, la magie est une des premières faiblesses de Blayne. Elle détracte complètement ses systèmes. Ce qui peut être...gênant. Ce qui est un euphémisme. La seconde et pas des moindres, est sa phobie du feu. Blayne est pyrophobe depuis qu'il a failli mourir dans incendie et s'en est sorti avec d'importantes brûlures sur la quasi intégralité de son corps. Comme autre faiblesse, il y a l'angle-mort dû à son œil manquant. Même s'il a su compenser cette faiblesse grâce à ses autres sens, rien n'empêche qu'on puisse l'attaquer par cet angle-mort.


Description mentale

Comment résumer le caractère de Blayne Weston ? Il y aurait beaucoup de chose à dire mais je ferai court. C'est un homme sarcastique et fier doublé d'un sens de l'honneur. Il ne s'énerve pas facilement à moins de le chercher. Exception faite avec un certain Skylar J. Kenway. Son cher frère n'a pas besoin de grand chose pour le faire sortir de ses gonds. C'est le seul d'ailleurs qui en soit capable. Autrement, Blayne garde un sang-froid à toute épreuve. C'est d'ailleurs un tueur implacable. N'espérez pas obtenir de clémence quand il a décidé de vous tuer. Il aime même ça, d'une certaine manière. Il lui arrive de jouer avec ses proies comme un chat avec une souris. Néanmoins, il garde un certain sens de l'honneur et ne s'attaquera jamais volontairement à des personnes non armée, à moins que ce ne soit un ordre direct d'Aryan, et se bat de façon plutôt honnête. Mais ça ne l'empêchera pas de se donner à fond et de vous tuer sans une once d'hésitation.
Description physique

Il est très difficile de décrire physiquement Blayne tant son corps est dissimulé par le métal de son armure. Il cache souvent son œil manquant derrière un bandeau sombre et sa mâchoire inférieure n'est plus que de l'artificiel en acier ; ses os ayant été méchamment fracturés suite à un coup, on a dû la remplacer. Tout ce qu'il laisse voir, quand il porte son armure, c'est son seul oeil de couleur bleu cristal et ses cheveux argentés qui frôlent ses épaules. Mais sous cette protection métallique, il n'y a que chair boursoufflée par les anciennes brûlures, cicatrices en tout genre faisant de son corps un exemple de ce qu'est la souffrance.

32 ans

17 Juillet 2038

Edimbourg

Humain amélioré

Conglomérat

Auroralion



Histoire

2065 – Hôpital de Varsovie – Pologne




Le pas lourd du colonel Barclay résonnait sur le sol, se répercutant en écho dans tout le couloir de l'hôpital. A ses côtés, son lieutenant tentait de suivre son rythme, bien que ce ne fut pas chose aisée. Le colonel était furieux...
Son plan avait foiré...

- Comment ce petit merdeux a-t-il pu survivre à un pareil incendie..., marmonna-t-il.
- Ne vous en faites pas, Colonel, lui assura son lieutenant. Weston mourra. Il est sorti du bloc opératoire mais son état reste précaire. Il peut très bien encore claqué même si les médecins disent qu'il s'est stabilisé.
- Cet empêcheur de tourner en rond serait capable de guérir rien que pour m'emmerder... Il l'a toujours fait ! M'emmerder à tout bout de champs à bafouer mon autorité et à poser des questions qu'il ne devrait pas !

Les deux hommes s'arrêtèrent devant une porte de couleur pâle sur laquelle des chiffres indiquaient son numéro. Le colonel abaissa la poignée et entra, suivi du lieutenant, dans une chambre aseptisée aux couleurs gris pâle. Contre un mur, se tenait un lit sur lequel reposait un corps noirci par le feu. La peau était craquelée à plusieurs endroit et de grosses cloques sombres la parsemaient ici et là. Aucune parcelle de peau n'a été épargnée par les flammes. Les cheveux avaient été consumé, laissant à vif la chair du crâne. Quand au reste du corps, une croute noirâtre le recouvrait totalement. On aurait dit que la peau allait s'effriter au moindre contact. Seul le visage semblait avoir le moins souffert. On reconnaissait facilement la figure de Blayne Weston malgré la teinte rouge que lui avait offerte le feu.

Pour l'instant, il demeurait dans la douce inconscience du coma artificiel. Un répit que les médecins lui avaient donné pour qu'il cesse de souffrir et puisse mieux se rétablir Autour de lui, des moniteurs surveillaient ses fonctions vitales au rythme de bips perpétuels.

Le colonel et le lieutenant s'avancèrent vers lui.

- On peut toujours y remédier, Colonel. Un accident peut toujours... arriver.
- Votre proposition est tentante, lieutenant. Cependant, j'ai mieux en ce qui concerne Weston. Beaucoup mieux...

Un sourire carnassier naquit sur les lèvres de Barclay qui fixait le corps calciné de Blayne.

- A quoi pensez-vous ? l'interrogea son lieutenant.
- Il existe bien pire que la mort, mon ami. La mort est définitive alors que vivre... Vivre permet tant de possibilités. Tout peut arriver. Même le pire. Surtout le pire. Et j'espère que Weston vivra pour connaître le sort que je lui réserve. Un sort tout à fait adapté.

Le lieutenant observa son supérieur, intrigué.

- Connaissez-vous Harmattan Associés, lieutenant ?
- Ce sont des mercenaires français, non ?
- Oh, ils sont plus que ça. Bien plus que ça. Ce sont les meilleurs quand il s'agit de corriger les récalcitrants. Ils savent comment briser un homme. Il n'y a pas que d'anciens militaires. Ils ont aussi des scientifiques toujours en quête de nouveaux cobayes.
- Et c'est ce que vous réservez à Weston ? Conclut le lieutenant avec un méchant sourire. Vous allez le leur donner pour qu'ils s'amusent avec lui.
- C'est déjà fait. Ils m'ont donné l'argent en échange de Weston. S'il survit à ses brûlures, il verra que les flammes auxquelles il a échappé n'est pas le véritable enfer.



Voix de femme

- Blayne ?

Sa voix est ensommeillée.

- Hmmm ?
- Je suis enceinte
- Quoi ?
- Je suis enceinte
- Mais... comment ?

Un rire à la fois doux et mutin.

- Ne me dit pas que tu ignores comment naissent les bébés, toi, un si grand garçon ?
- Bien sûr que je le sais. Mais je veux dire... on a pris des précautions. Tu prends bien la pilule. Et j'ai utilisé des préservatifs.
- Sauf une fois. Tu n'en avais plus, mon joli cœur. Tu es tellement... gourmand.

Un doux bruit de baiser. Des soupires mêlés.

- Donc... tu es enceinte ?
- Donc je suis enceinte. Et j'aimerai le garder. Malgré la guerre. Malgré que tu doives retourner un jour en Ecosse. Malgré que je ne puisse t'y rejoindre.
- Pourquoi tu ne le pourrais pas ? Tu es libre. Tout comme je suis libre de rester si je le souhaite.
- Tu resterais ? Pour moi ?
- Oui
- Et ta famille ? Ton pays ?
- Ma famille est avec toi à présent. Et mon pays... c'est là où tu es.

Nouveau bruit de baiser et des soupires. Des gémissements légers.

- Blayne... Pourquoi ne partirions-nous pas ? Loin de la Pologne. Loin de tout ça.

Son rire indulgent.

- Tu me demandes de déserter ?
- Non, je te demande de vivre avec notre famille. En paix.
- Et où irions-nous ?
- Je l'ignore. Quelque part... Quitte l'armée. Tu les détestes. Tu ne supportes plus tout ça. On te force à torturer des gens pour les interroger. Et parfois, même sans raison valable. Et quand tu oses poser des questions, on t'envoie chier et on te traite comme un chien ! Ça ne peut pas continuer. Tu es un homme, pas une machine.

Un silence lourd de quelques secondes.

- Marika... Ta proposition est très tentante. J'ai vraiment envie de partir avec toi... et le bébé. Mais ce n'est pas aussi simple. Je n'ai pas fait que poser de simples questions. J'ai remis en cause l'autorité de mes supérieurs. J'ai clairement fait comprendre que je ne comptais plus obéir aveuglement. En agissant ainsi, je me suis fait des ennemis. Si je veux m'en aller, il va falloir faire ça avec prudence. Ils tenteront de me retrouver et...
- On trouvera un moyen

Bruit de baiser plus passionné. Des soupires.

- Je t'aime, Blayne.
- Je t'aime aussi, Marika. Ma petite voleuse.



Blayne ouvrit lentement les yeux, ses paupières papillonnant tandis que ses cils restaient collés les uns aux autres. Quand il réussi à les ouvrir totalement, une lumière aveuglante au dessus de lui le força à nouveau à cligner. Mais petit à petit ses yeux s'accoutumèrent.
Tout son corps lui faisait mal. Sa peau le tiraillait affreusement comme de myriades petites aiguilles qui venaient transpercer chaque pore. Les draps du lit sur lequel il était allongé le mettaient au supplice.

Il leva péniblement un bras et poussa un cri d'horreur en voyant les boursouflures hideuses et les grosses cloques qu'y persistaient. Sa peau avait perdu la couleur noir du charbon et reprit une teinte plus normale. Mais les séquelles demeuraient affreuse.

Il souffrait encore. Le moindre contact avec quelque chose l'irritait et lui faisait un mal de chien. Y compris l'aiguille de la perfusion plantée dans son bras. Bien que tremblant de douleur, il l'arracha et roula lentement sur lui-même en tentant de se lever. L'expérience était douloureuse... chacun de ses muscles le lançait terriblement. Quand il essaya de se redresser, ses bras réussirent à peine à le soulever. Ses muscles atrophiés tremblèrent et ne purent le tenir bien longtemps.

Blayne s'écroula lourdement sur le bord du lit et tomba au sol. Une plainte lui échappa alors qu'il heurtait le linoléum blanc. Il fut secouer de tremblement atroces tant tout en lui le faisait souffrir. Il tenta bien de se relever mais bouger le moindre muscle le torturait.

- Marika... murmura-t-il d'une voix chevrotante.

Prononcer ce nom l'aida à se calmer. La femme qu'il aimait... Il se rappela avoir rêver d'elle avant de se réveiller dans cette pièce blanche dépourvu de meubles hormis le lit et les moniteurs autour. Où était-il ? Dans un hôpital ? Il n'en savait rien mais ne comptait pas le découvrir.
Comme il était incapable de se mettre debout, Blayne rampa. Un véritable supplice pour sa peau qui perdait la moindre croute à chaque frottement. Il cessa bien vite.

Il se rappela l'incendie... Une onde de peur le prit tandis qu'il revoyait les flammes dans ce bâtiment dans lequel on l'avait enfermé. Il avait eu pour mission de détruire des preuves avec cet entrepôt dépourvu de fenêtre mais sans se doutait que la véritable preuve à éliminer... c'était lui. Blayne avait allumé le feu et s'était apprêté à sortir quand son coéquipier s'était empressé à la porte, avait asséné un coup à Blayne pour l'empêcher de sortir et avait fermé derrière lui en bloquant l'entrée. La seule qui existât. Blayne n'avait pu s'échapper. Il était resté prisonnier de l'incendie,hurlant sa douleur quand la fournaise avait léché son corps. Alors que la douleur avait éteint son paroxysme, Blayne avait repensé à Marika, une jeune femme voleuse des rues qui avait été sous la protection d'un chef de gang. Chef de gang avec qui Blayne avait pris contact pour avoir des renseignements sur un rebelle.

Il fallait qu'il se barre d'ici... Peu importe l'endroit où il se trouvait, il devait partir et rejoindre Marika. Elle... Elle attendait son enfant. Leur enfant ! Peine perdue... Le moindre mouvement le mettait à l'agonie.

La porte s'ouvrit. Trois paires de pieds s'offrirent à la vision de Blayne qui leva péniblement la tête. Trois hommes dont deux étaient de grosses brutes épaisses vêtus d'uniformes militaires. Le dernier, à en juger sa blouse blanche entrouverte et le carnet qu'il tenait sous son bras, devait être un médecin. Ou un scientifique...

- Et bien, on dirait bien que notre cher cuissot est enfin réveillé, dit celui-ci avec un fort accent français.

Mais merde ! Il était où ? En France ? L'accent du scientifique/médecin ne voulait pas forcément dire qu'on l'avait déplacé là-bas mais...
L'homme à la blouse tourna la tête vers les deux montagnes de muscles.

- Messieurs, remettez notre belle au bois dormant sur son lit et faites lui comprendre qu'elle ne devrait pas déjà le quitter. Nous ne voudrions pas qu'il lui arrive quelque chose, n'est-ce pas ?

Cette fois, il avait parlé en français. Même si Blayne n'avait pas compris le moindre mot, il avait deviné l'idée en voyant les deux brutes afficher un sourire mauvais. Il essaya de reculer pour échapper à ses futurs agresseurs qui avançaient dangereusement vers lui. Malheureusement, son corps protesta contre sa tentative de fuite.
Les deux hommes l'avaient déjà rejoint. Blayne poussa un cri quand un pied frappa brutalement ses côtes saillantes tandis qu'un second l'atteignit dans le bas du dos. Puis, comme s'il ne pesait rien, ils le soulevèrent et le jetèrent sur le lit plus qu'ils ne le posèrent, lui faisant pousser un nouveau cri.

Le scientifique s'approcha lentement tandis que les deux brutes commençaient à lui mettre des lanières en cuir autour des poignets et des chevilles. Blayne eut beau tenter de résister, il était bien trop faible pour lutter. Il se retrouva bientôt attacher à son lit d'hôpital.

- Calmez-vous, Mr Weston, susurra le soit-disant médecin. Vous vous faites du mal inutile.
- Qui êtes-vous ? Qu'est-ce que vous me voulez ?

Blayen ragea d'entendre sa voix enrouée.

- Je suis le docteur Cordier. Et je vais m'occuper de vous. Vous avez été très sérieusement brûlé.
- Non... je ne l'aurais pas deviné... , ironisa Blayne.

Il aurait probablement dû s'abstenir car un poing d'une des grosses brutes lui frappa la tempe, le faisant grimacer.

- Vous devriez éviter l'insolence, Weston, l'avertit Cordier. Ça ne serait pas dans votre intérêt.
- Allez vous faire voir...

Le médecin secoua presque tristement la tête et fit un signe en direction d'un des deux colosses. Blayne fut soudainement assailli par une décharge électrique qui fit tendre ses muscles déjà douloureux au maximum. Il ne cria pas et émit un simplement gémissement. Puis tout s'arrêta.

- Je sens qu'on va passer un bon moment ensemble, Weston.
- Vous n'avez toujours pas répondu à ma question..., lâcha Blaîne prit d'une quinte de toux. Que me voulez-vous ?
- Vous le découvrirez bien assez tôt, répondit simplement Cordier qui se mit à rebrancher sur Blayne les différents moniteurs. Pour l'instant, nous attendrons que votre peau soit plus en état et que vos muscles aient repris un peu de volume. Ensuite... et bien... nous commencerons vraiment.
- Commencer quoi... ?

Seule une expression énigmatique répondit à Blayne.
Le docteur Cordier s'adressa aux deux molosses.

- Messieurs, venez. Nous avons d'autres cobayes à voir

Cobayes ? Putain ! Ça voulait dire que...
Une grosse main vint tapoter l'épaule de Blayne tandis qu'une voix caverneuse vint murmurer à son oreille

- Bienvenue à Harmattan Associés, mon gars.


Blayne cracha du sang par terre alors qu'il encaissait une énième coup de pied dans les côtes. A peine bougea-t-il qu'un poing s'écrasa sur sa figure, faisant saigner son arcade sourcilière.

- Weston ! Résiste un peu, qu'on s'amuse !

Deux nouveaux coups simultanés – un dans le ventre et un dos – le cueillirent avec violence. La douleur irradia sa colonne vertébrale tandis que ses intestins étaient comme en feu. Il ne cria pas pourtant. A la place, il émit un gémissement qui resta bloqué dans sa gorge alors qu'une matraque s'abattait sur son bras et qu'un talon écrasait violemment son entrejambe.

Les coups pleuvaient... inlassablement. Ne lui laissant aucun répit. Blayne aurait voulu résister, se défendre, mais on avait bien pris soin de l'affaiblir à l'aide de bonnes doses de drogue. Tous ses sens étaient engourdis mais il sentait très bien les ondes de douleurs quand un poing, une matraque ou un pied le cognait férocement.

Blayne ne voyait pas ses agresseurs. La pièce était plongée dans le noir et tout ce qu'il distinguait était des formes sombre qui l'entouraient.

- Maintenez-le au sol, dit une des silhouettes.

Des mains le plaquèrent fermement au sol. Il eut beau se débattre, rien ne lui permettait de se délivrer de leur poigne. On attrapa une ses jambes et on la positionna selon un angle étrange. Blayne comprit avant même que ça n'arrive... Mais il ne put que subir l'explosion de souffrance qui enflamma son genoux éclaté tandis qu'un cri lui échappait.

- Oh, mais c'est qu'il gueule bien, le bougre ! ironisa une voix au dessus de lui. Je me demande s'il gueulera autant avec l'autre genoux.

Quelque chose en Blayne se réveilla... Cette voix moqueuse le narguait, riait de lui. Il ne laisserait pas passer ça... Oh non !

Contre sa tempe, il sentait comme une crosse de pistolet. Alors qu'on immobilisait son autre jambe, il subtilisa discrètement l'arme à feu...et tira sur la silhouette qui allait lui briser l'articulation. Elle s'écroula lourdement au sol.
La pression des mains sur ses épaules se relâchèrent quelques secondes sous le coup de la surprise. Blayne en profita pour rouler sur le côté et se dégager malgré les pulsations douloureuses qui irradiaient son genou. Il tira une seconde fois et fit mouche en voyant une seconde ombre s'effondrer.

Mais ce fut tout ce qu'il parvint à faire. Les autres silhouettes se jetèrent sur lui pour le plaquer au sol et commencèrent à le rouer de coups tout en tenant de lui faire lâcher le pistolet.

Une nouvelle frappe... et ce fut sa mâchoire qui fut réduite en miette. Blayne sombra soudainement happé par les ténèbres.




2066




- Comment ça, le docteur Kingsley reprend mon cobaye ? Fulmina le docteur Cordier
- Vous m'avez bien entendu, répondit le directeur de la base. Elle saura mieux aboutir à de meilleurs résultats.
- Oh donc c'est ainsi que vous appelez le fait qu'elle vous ai baisé pour obtenir ce qu'elle veut...
- Attention à ce que vous dites, Cordier... Ou je pourrais mettre quelqu'un d'autre à votre poste.

Cordier serra les dents pour empêcher une réplique cinglante de sortir.

- Honnêtement, Cordier, voilà plus d'un an que votre cobaye est entre vos mains et sans résultats probant. Vous devez en convenir. Tout ce que vous avez réussi c'est à lui péter une mâchoire et quelques os par vos bouledogues, et à lui tirer dessus à bout portant.
- Mais l'armure...

Le directeur eut un rire de gorge méprisant.

- Ah l'armure ! Qu'est-ce que j'en ai à faire d'une simple armure de métal encombrante !
- Mon but est d'en faire une qui soit à la fois légère pour permettre les mouvements tout en étant suffisamment épaisse pour protéger des attaques... Je suis si proche du but .J'ai presque trouvé le bon équilibre !
- Vous m'avez déjà rabâché les oreilles avec tout ça ! Et puis, je ne comprends pas pourquoi vous vous obstinez ! Prenez un autre cobaye.
- J'ai besoin de Weston parce qu'il est le seul à réussir à se déplacer comme le ferait un soldat. Ça me permet de voir en situation réelle si l'armure est suffisamment légère.

Le supérieur du docteur Cordier frappa violemment du poing sur son bureau.

- Ça suffit ! J'en ai assez de vos histoires ! Soyez déjà content que j'ai autorisé votre lubie de lui mettre une voix artificielle et ces boosters de réflexe et de forces ! Votre cobaye ira à Zeera Kingsley ! Maintenant, hors de ma vue !

Le docteur Cordier rumina intérieurement et se força à quitter le bureau. Comment avait-on pu lui voler ainsi son cobaye ! Impensable !



2067




L'image d'une femme lui revenait. Une jolie femme brune au nez adorable et aux yeux marron mêlé à du vert. Dans les tréfonds de son rêve, Blayne tenta de graver cette image dans sa tête. Une image si apaisante dans ce monde de souffrance où il était perpétuellement plongé ! La femme était belle et dégageait une douceur infinie mais également une force capable de surmonter des montagnes. Une véritable volonté jaillissait de cette beauté sauvage qui la caractérisait.
Mais pour l'instant, elle restait tranquille et lui souriait avec tendresse comme si elle voulait lui dire : tout va bien.

Il savait qu'il rêvait mais cette femme semblait... si réelle ! S'il avait pu tendre la main... il aurait pu la toucher, sentir sa chaleur, ressentir physiquement sa présence. Mais il ne pouvait pas. Ses chevilles et ses poignets étant toujours attacher au lit quand on l'y allongeait... En tout cas pour les rares fois où on lui accordait une nuit entière de sommeil. C'était toujours dans ces moments-là où cette femme imaginaire venait lui rendre visite dans ses songes. Les seuls moments de paix qu'il arrivait à avoir.

Ça faisait deux ans qu'il était un cobaye de Harmattan. Deux longues années où on l'avait molesté, rabaissé, torturé. Il ne comptait plus le nombre d'expérience qu'on a fait sur lui... On avait installé plusieurs implants sur lui pour ensuite les lui enlever parce qu'ils ne convenaient pas. On l'avait battu aussi rien que pour le plaisir. Chaque os de son corps avait été au moins une fois brisé. On l'avait parfois enchaîné à genoux et nu dans une salle sombre pour y être tabasser. Et les brûlures... On s'amusait souvent à appliquer des charbons ardents sur sa peau déjà malmenée par le feu. La douleur était à chaque fois atroce ! Et la peur panique qui s'emparait de lui manquait à chaque fois de le rendre fou. Ça, c'était la première année. Mais il avait tenu bon. Il n'avait pas supplié. Pendant la première année de son séjour à Harmattan, il n'avait jamais supplié.

La femme de son rêve se pencha vers lui. Son visage fut soudain si proche qu'il crut sentir son souffle se heurter au sien. Du revers de la main, elle caressa son visage avec légèreté puis ses doigts effleurèrent les contours de sa mâchoire de métal pour ensuite descendre à son cou puis à son torse dénudé et boursouflé.

Une douce chaleur monta lentement en lui, affolant son cœur et sa respiration. La main exploratrice continuant sa tendre descente et se mit à parcourir son ventre. Blayne déglutit tandis que son désir prenait forme plus bas et que de délicieux frissons remontaient le long de sa colonne vertébrale.
Les lèves de l'apparition féminine vinrent flirter avec les siennes, les effleurant à peine. Un besoin impérieux s'empara de lui. Il tendit le visage et chercha désespérément un baiser. Un baiser qui, étrangement, arriva, leur deux langues se mêlant l'une à l'autre dans une danse enfiévrée.

Blayne laissa échapper un gémissement mêlé à un soupire tandis que la main insidieuse venait cueillir entre ses doigts son membre palpitant sous son pantalon. Il se cambra, incapable de réfréner son envie.

Cette femme... il la voulait. Il voulait profiter de cet instant avec elle et se laisser aller, oublier cette souffrance et les horreurs qu'il continuait à vivre quand il était éveillé. Il avait besoin de ce moment de paix. Ça n'avait rien de réel, peut-être. Cette femme n'existait peut-être pas mais il s'en fichait royalement. Elle incarnait tout ce qu'il avait toujours désiré.
Les longs doigts fins continuaient leurs caresses autour de lui alors que les lèvres vinrent picorer son cou. Blayne rejeta la tête en arrière, entrouvrant la bouche en un soupir plus profond. Ça lui faisait un bien fou ! Ressentir enfin quelqu'un chose qui ne s'apparentait pas à de la douleur.

Il se laissa enfin aller et sa semence se déversa sur son ventre nu. Les doigts cajoleurs recueillirent doucement les gouttes blanches et épaisses.
Blayne ouvrir lentement les yeux, s'attendant à voir ce visage adorable entouré de sa crinière brune. Mais à la place, il vit des cheveux bicolore noirs et blanc surplombant une figure de sorcière qui suçait consciencieusement et d'un regard gourmand ses doigts souillés de sperme.

Il eut un sursaut de surprise et d'effroi.
Zeera !

- Tu rêvais de moi, n'est-ce pas ?

Il ne la lâcha pas du regard, sentant une terreur sourde commencer à naître dans son ventre.

- Dis-moi que tu rêvais de moi !

Le ton et l'expression de la doctoresse le firent frissonner d'une sueur froide.

- Je... oui, je rêvais de vous, répondit-il avec une conviction qu'il espérait convaincante.

Cette femme le terrifiait. Réellement. Parmi tout ce qu'il avait pu subir depuis ce qu'il avait vécu ici, Zeera avait été la pire.
Toutes ces expériences pratiquer sur lui... Elle l'avait torturé d'une manière qui l'avait pratiquement rendu fou.

Personne, avant de l'avoir de l'avoir vécu, ne peut comprendre ce qu'on ressent quand on est disséqué vivant et sans la moindre anesthésie. Pendant un an, il avait subi cette horreur. Pendant un an, elle avait entaillé sa chair avec son scalpel pour ensuite écorcher la peau et écarter la chair afin de s'amuser avec ses organes, ses muscles et tout ce qui composait son anatomie... Un supplice innommable. Très souvent, elle l'obligeait à choisir le scalpel qui allait le découper en morceau. Zeera lui avait peut-être mis des inhibiteurs de douleur ça ne l'empêchait pas de souffrir le martyr.

Il avait hurlé comme il n'avait jamais hurlé, gémit comme il n'avait jamais gémit. Il avait pleuré sa souffrance et son désespoir. Il avait... supplié. Alors qu'il n'avait jamais supplié avant. Il n'avait jamais imploré qui que ce soit avant. Et pourtant elle.... il l'avait fait.

C'est ce qui l'avait brisé. Avoir été contraint à supplier l'avait brisé. Quelque chose en lui avait cédé à ce moment là. Une part lui-même avait été sauvage meurtri par cette simple supplique qui avait jailli de ses lèvres.
Ce fut aussi à ce moments-là que Zeera et lui eurent leurs premiers rapports. Il n'avait pas pu dire non même si ça le dégoûtait. Comment aurait-il pu refuser ? S'il l'avait fait, Zeera se serait vengée. Exactement comme elle l'avait fait il y a un an...

Elle lui avait demandé, alors qu'il était allongé sur la table d'opération et à la totale merci de la doctoresse, s'il l'aimait. Blayne avait répondu par un seul mot : non. Non, il ne l'aimait. Il la haïssait. La réplique de la doctoresse avait été... sanglante. Le scalpel avait plongé jusqu'au plus profond de son œil, endommageant sérieusement le nerf optique. Une chance que la lame n'ait pas atteint le cerveau.

Alors plus jamais il ne prendrait le risque de la contrarier ou de se refuser à elle. Même si ça le dégoûtait à l'en rendre malade. Il avait peut-être fini par s'y habituer mais le goût amer de la honte, cette sensation d'être souillé, demeurait toujours aussi tenace.

Au dessus de lui, Zeera souriait, l'air satisfait. Elle se pencha sur lui jusqu'à effleurer ses lèvres.

- J'ai une grande grande nouvelle à t'annoncer, mon beau, si beau Blayne, susurra-t-elle à son oreille.

Blayne retint un frisson. Si elle semblait aussi réjoui, c'était que la « grande nouvelle » dont elle parlait risquait fort d'être déplaisante.

- Une... nouvelle ? Répéta Blayne en regardant fixement le plafond.

Il tentait d'ignorer les dents de Zeera qui lui mordillait l'oreille en même temps que sa main caressait comme amoureusement son torse.

- Oui. Aryan Turner compte te solliciter et faire de toi son enfant prodigue. Tu sera... un Black Viper.



2068




Cutlaw lui rabâchait à Blayne ses obligations en tant que nouveau Viper alors qu'ils marchaient dans les couloirs du rez-de-chaussée de la tour de Pinxit Industrie. Blayne faillit soupirer. Bien entendu qu'il connaissait ses obligations. Son devoir même. Il devait servir son Père quoi qu'il arrive. Ce Père qui l'avait sorti d'Harmattan Industrie et qui avait empêché Zeera de continuer à faire ses expériences sur lui, ne lui autorisant qu'à faire de lui le Viper qu'il désirait et la désignant pour être sa créatrice.

Sa créatrice...

Elle avait beau avoir amélioré l'armure de base que Cordier avait imaginé, elle avait beau lui avoir donner des épées à sa convenance, elle avait beau lui avoir les différents implants qu'il possédait actuellement – hormis sa voix robotisée –, jamais il ne pourrait oublier ces instants horribles où elle avait pratiqué la vivisection sur lui sans anesthésie. Jamais il ne pourrait oublier qu'elle l'avait forcé à supplier. Jamais il ne pourrait oublier les humiliations subies. Jamais. Et un jour ! Un jour, il prendrait sa revanche sur Zeera ! Un jour, il le lui ferai payer.

Mais pour l'heure, il devait être patient... Zeera avait installé sur elle une puce d'auto-destruction liée à celle de Blayne. Si elle venait à mourir, Blayne partirait lui aussi. Il ignorait où elle se trouvait dans le corps de sa « créatrice » mais il trouvera. Et quand ça arrivera, il détruira la puce avant que le cœur de Zeera cesse de battre. Il s'en était fait la promesse.

Un an était passé durant lequel Blayne s'était refait à neuf. Ses muscles fondus durant deux ans avaient repris du volume. Il s'était entraîné durement pour rattraper son retard. Sa peau brûlée et ses os brisé avaient été mieux soignés. On avait remplacé sa mâchoire artificielle par une autre plus adaptée.

- Ah ! fit soudainement Cutlaw dans son incessant monologue de règles. Ne fait pas trop attention au Yankee !
- Au Yankee ? L'interrogea Blayne.

De quoi il parlait... ? Ou plutôt de qui ? Il aurait sans doute mieux fait d'écouter un peu plus...

- Ouais, il a son caractère mais tu t'y habitueras
- Mais encore ?
- Tu verras bien par toi-même

Blayne n'insista pas et continua à suivre Cutlaw. Ils arrivèrent devant les portes d'un ascenseur qui s'ouvrirent quand Cutlaw appuya sur le bouton d'appel. D'un geste de la main, il l'invita à entrer dans la cabine. Blayne obéit sans un mot, suivi ensuite de son compagnon.
Les portes se refermèrent sur eux tandis que l'ascenseur commença à s'ébranler et à monter lentement jusqu'au sommet.

Aucun des deux hommes ne parla, chacun prostré et enfermé dans ses pensées. Bientôt, à travers les baie vitrée de l'ascenseur, Blayne put voir petit à petit tout Edimbourg s'étendre devant ses yeux en une multitude de lumières.
En d'autres circonstances, Blayne aurait pu être ému de pouvoir enfin revoir la ville qui l'avait vu naître après six ans d'absence. Mais, à la vérité, il en restait de marbre. Edimbourg n'avait plus la même signification qu'avant. Ce n'était plus qu'une ville pour lui. Rien de plus.

Au fur et à mesure qu'ils montaient jusqu'au sommet de la tour de Pinxit Industrie, les lumières dessinaient des nuances de clair-obscure sur leur visage, offrant une ambiance presque surréaliste à l'intérieur de la cabine d'ascenseur. L'Augmenté d'un côté et l'Humain de l'autre.

Enfin, un son clochette annonça leur arrivée au dernier étage. Ils entrèrent dans un couloir seulement éclairé par le néon bleu du logo de Pinxit Industrie accroché sur la façade extérieure de l'immeuble. Un design épuré caractérisait le couloir décoré de tableaux de maître qui devaient être hors de prix. Il y régnait une ambiance zen et très cosy. Blayne eut comme une sensation étrange. Tout ceci lui paraissait tellement... décalé et hors du temps par rapport à l'atmosphère horrifique d'Harmattan. C'était comme s'il avait oublié la chaleur et la douceur d'un foyer et qu'il les redécouvrait brusquement.

Blayne et Cutlaw arrivèrent dans ce qui semblait être une salle d'attente et s'arrêtèrent devant une grande porte ouvragée. Cutlaw allait toquer mais... il se ravisa.

- Ne regarde pas son « ombre » dans les yeux
- Son ombre ?
- Tu comprendras, répondit Cutlaw avec un petit sourire.

Il toqua enfin.

- Entrez ! fit une voix de l'autre côté.

La voix d'Aryan Turner. Blayne ne put s'empêcher de se sentir nerveux pendant que Cutlaw ouvrait la porte et entrait dans le grand bureau. Le Viper resta sur le seuil, attendant patiemment qu'on l'appelle. Il jeta un rapide coup d'œil dans la pièce.

Père était assis à un grand bureau, semblant écrire quelque chose et ne levant pas un seul regard à Cutlaw. Il semblait si... solennel et sûr de lui, se dégageant de cet homme une aura puissante et tranquille.

Derrière Père,un peu plus loin, Blayne remarqua une silhouette qui semblait se dissimuler dans un coin sombre de la pièce. Il ne parvenait pas à distinguer ses traits mais la forme semblait masculine en vu des épaules larges et la stature plutôt imposante bien qu'effilée. Il fronça les sourcils. Qui était-ce ?

- Monsieur Turner, je vous présente votre nouvel agent, déclara solennellement Cutlaw avant d'adresser un signe en direction du tout jeune Viper.

Blayne avança et franchit tranquillement le pas de la porte, passant devant Cutlaw. Il approcha d'Aryan et se mit à genou, la tête humblement baissée en signe d'une totale soumission.

- Père
- Ah ! Mon fils...

Blayne sentit enfin le regard de son nouveau père se poser sur lui.

- Comme ils ont fait de toi un être magnifique !

Une vague de satisfaction et de fierté envahi le jeune Viper face à ce compliment. Jusqu'à ce qu'il sente une autre regard sur lui. Plus insistant.
Blayne leva les yeux vers la silhouette qui se tenait derrière Aryan. C'était bien un homme comme il l'avait supposé. Plutôt grand, il portait un long manteau sombre qui recouvraient des bras en métal ; Blayne le devinait grâce aux mains noires artificielles dépourvu de gants. Des lunettes sombres recouvraient ses yeux. Ou plutôt... des lunettes directement intégrer à ses arcades sourcilières

Blayne remarqua qu'il affichait un sourire qui soulevait à peine la commissure de ses lèvres ... Etait-ce de l'amusement ? De la moquerie ? Il n'en savait rien mais ce sourire l'irritait.

Blayne détourna le regard de cette... ombre quand il entendit Père se lever. Ce dernier vint poser une main sur son épaule. Une main paternelle et presque douce.

- Je suis heureux de t'avoir pour fils... Centurion. Oui. Ça sera désormais ton nom.

Centurion...
Ce nom résonnait en lui comme une harmonie, s'unissant au plus profond de son âme. Il leva les yeux vers Aryan, emplit d'une dévotion et une fidélité sincère. Cet homme l'avait sorti d'Harmattan pour le prendre sous son aile, comme un père pour son fils. Centurion lui devait donc allégeance.

- Je vous jure fidélité en tant que fils et porterait dignement le nom que vous me donnez.

Père répondit à son serment par un sourire. Puis, avec la même doucement, il retira sa main de son épaule.

- Cutlaw a déjà dû te parler de ton frère, Shadow ?

Centurion tourna à nouveau le regard sur le piquet caché dans les ténèbres. Ainsi c'était lui l' « ombre » qu'il avait évoqué et que Blayen ne devait pas regarder dans les yeux. Pourquoi d'ailleurs ? Le Viper se gêna pas pour le faire, ce qui fit accentuer le sourire qui refusait de quitter le visage de son... frère.
Mais qu'est-ce qu'il avait à sourire comme ça comme un idiot ?

- Vaguement, oui, répondit-il finalement.
- On l'appelle mon Ombre... Il s'est fait sa place en tant que telle. J'aimerai que tu trouves la tienne, Centurion. Bientôt de nouveaux frère verront le jour, et il leur faudra un chef.

Centurion continuait de fixer Shadow. Ainsi donc cette... ombre était un Viper, tout comme lui... Et un Viper qui semblait déjà bien implanté... sans jeu de mot, bien sûr. Quelqu'un chose chez Shadow l'agaçait mais sans déterminer quoi. Son assurance ? Non... Son sourire goguenard ? Non plus en vérité. Alors quoi ? L'idée qu'un autre le surclasse et l'empêche de prouver sa valeur à Père ?
Oui... Sûrement. Ou peut-être pas.
Blayne reporta son attention sur Père.

- Un chef ? Fit-il
- Oui, un chef. Je suis votre Père, mais je ne pourrais pas toujours être là pour vous diriger. Dans le feu de l'action, il faut un Viper pour diriger les Vipers.


Quelques semaines plus tard



Blayne écrasa de son pied la gorge de Skylar, exerçant une pression qui devait être douloureuse.

- Alors, tu te rends ?

Il fixait son frère, cloué au sol par ses deux épées qui transperçaient chacune des épaules de Shadow. A côté de lui reposait mollement son bras cybernétique noir totalement déconnecté. C'était ça quand on tentait de tenir la garde des épées de Centurion. On s'y piquait.

- Je préfère mourir que de me rendre !

Blayne eut un sourire narquois face à cette réplique venant tout droit du cœur.

- ça peut toujours s'arranger... Brother

Il avait imité avec une perfection agaçante l'accent typiquement américain de Skylar. Celui-ci le regardait droit dans l'œil, provocateur et le défiant d'un regard qui semblait vouloir dire : t'oserait ?
Oh, mon frère ! Surtout ne me tente pas ! Surtout, surtout ne me tente pas !

Skylar garda ses yeux encré au sien sans ciller le moins du monde.
Violemment, Blayne arracha l'une de ces lames – celle du côté du bras déconnecté – et la leva au dessus de son frère. Du sang coulant méchamment de la blessure mais Centurion s'en fichait royalement.

Comme au ralenti, l'épée descendit jusqu'à la gorge de Shadow qui ne continuait toujours de l'affronter du regard. Lentement... Lentement, la pointe tranchante se rapprochait dangereusement de son but.
Quand soudain :

- ça suffit !

La pointe s'arrêta net... chatouillant la pomme d'Adam de Skylar. La voix de Père avait agit sur Centurion comme une douche froide. Il avait été tellement pris dans l'action qu'il avait complètement oublié la présence d'Aryan et du jury. Il avait complètement oublié le véritable issus de ce combat et de la finale de ce tournoi. Il n'y avait eu... que cet affrontement entre lui et Shadow. Ce tout premier affrontement qui avait permis à chacun de découvrir le style de combat de l'autre.

Lentement, Blayne quitta Skylar du regard pour les poser sur Père. Celui ci était assis sur une estrade aménagée dans la salle d'entrainement, accompagné par d'autres personnes, dont Cutlaw. Celui-ci adressa un signe discret à Centurion de rengainer ses armes. Tout de suite.

En voyant l'expression froide d'Aryan, Blayne obtempéra. Un bruit métallique accompagna le glissement de son épée dans le fourreau. Et bientôt un second suivi quand il ranger la seconde épée, libérant de se fait son frère. Celui-ci roula sur le flanc pour tousser. Centurion ne lui accorda aucun regard, ne lâchant pas son jurant de l'œil.
Père se leva prestement de sa chaise.

- Colonel, je crois que nos Vipers ont un nouveau chef !

You, myself & I
Pseudo ϞEnvyComment as-tu connu le forum ? Ϟ  je suis un DC de Mathilda =3 Ton avis sur le forum ? Ϟ  Tout joli beau =3 Avec un chouette contexte =3 Code Ϟ  [OK]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Méca-humain
avatar
AGENT VIPER : SHADOW

Ϟ Mensonges proférés : 562
Ϟ Richesses amassées : 885
Ϟ Epitaphe : 01/06/2014
Ϟ Pseudonyme : Blackbird ~
Ϟ Crédits : Blackbird ~
Ϟ Gagne-pain : Agent Black Viper, chien d'attaque de Pinxit Industries, assassin professionnel.
Ϟ Liens utiles : Ϟ Ma fiche -
Ϟ Mes liens -
Ϟ Mes RPs -


Behind the Mirror
Ϟ Maestria:
Ϟ Murmures infondés:
Ϟ Réputation:
554/3000  (554/3000)

MessageSujet: Re: Blayne Weston, Aka Centurion et Chef des Vipers !   Dim 4 Oct - 18:39



Bienvenue à toi, mon frère ! Puissions-nous avoir de beaux duels !

_________________
    You saw my light start to fade when my heart turned cold
    You saw the fright in my eyes when they raped my soul
    I always tried to be good, but was misunderstood
    I always tried to be good, I tried the best I could
    You saw me cryin', mm-hmm
    You saw me cryin', mm-hmm

    I burned the past, burned it down, left it all behind
    Was born again from the ashes that were on the ground
    I'm healing well, getting strong with every passing day
    But it's so hard when the world wants you to go away
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Méca-humain
avatar
Ϟ Mensonges proférés : 34
Ϟ Richesses amassées : 38
Ϟ Epitaphe : 04/10/2015
Ϟ Pseudonyme : Envy
Ϟ Crédits : Auroralion

Behind the Mirror
Ϟ Maestria:
Ϟ Murmures infondés:
Ϟ Réputation:
500/3000  (500/3000)

MessageSujet: Re: Blayne Weston, Aka Centurion et Chef des Vipers !   Dim 4 Oct - 18:42

Tiens ! Hello Brother ! *imite l'accent de Sky*

J'ai hâte de te mettre une dérouillée
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Méca-humain
avatar
AGENT VIPER : SHADOW

Ϟ Mensonges proférés : 562
Ϟ Richesses amassées : 885
Ϟ Epitaphe : 01/06/2014
Ϟ Pseudonyme : Blackbird ~
Ϟ Crédits : Blackbird ~
Ϟ Gagne-pain : Agent Black Viper, chien d'attaque de Pinxit Industries, assassin professionnel.
Ϟ Liens utiles : Ϟ Ma fiche -
Ϟ Mes liens -
Ϟ Mes RPs -


Behind the Mirror
Ϟ Maestria:
Ϟ Murmures infondés:
Ϟ Réputation:
554/3000  (554/3000)

MessageSujet: Re: Blayne Weston, Aka Centurion et Chef des Vipers !   Dim 4 Oct - 20:19

Si tu arrives à me toucher, mon frère !

_________________
    You saw my light start to fade when my heart turned cold
    You saw the fright in my eyes when they raped my soul
    I always tried to be good, but was misunderstood
    I always tried to be good, I tried the best I could
    You saw me cryin', mm-hmm
    You saw me cryin', mm-hmm

    I burned the past, burned it down, left it all behind
    Was born again from the ashes that were on the ground
    I'm healing well, getting strong with every passing day
    But it's so hard when the world wants you to go away
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Méca-humain
avatar
Ϟ Mensonges proférés : 34
Ϟ Richesses amassées : 38
Ϟ Epitaphe : 04/10/2015
Ϟ Pseudonyme : Envy
Ϟ Crédits : Auroralion

Behind the Mirror
Ϟ Maestria:
Ϟ Murmures infondés:
Ϟ Réputation:
500/3000  (500/3000)

MessageSujet: Re: Blayne Weston, Aka Centurion et Chef des Vipers !   Dim 4 Oct - 20:47

Je me donne de bonnes chances d'y parvenir Cool
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humain
avatar
Je voudrais bien jeter un œil, mais j'ai pas de cadavre disponible...
Ϟ Mensonges proférés : 27
Ϟ Richesses amassées : 35
Ϟ Epitaphe : 23/09/2015
Ϟ Pseudonyme : Hetienne
Ϟ Crédits : Laughing Octopus - MGS4
Ϟ Gagne-pain : Chirurgien au Chop Lab
Ϟ Liens utiles : Chop chop
Opérations en cours
Registre de patients

Behind the Mirror
Ϟ Maestria:
Ϟ Murmures infondés:
Ϟ Réputation:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Blayne Weston, Aka Centurion et Chef des Vipers !   Lun 5 Oct - 9:45

La bienvenue à toi, Black Viper Blayne *lorgne son cerveau pour tripatouiller dedans*

_________________

Hetienne parle en Capucine : #FF5E4D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faë
avatar
The Archangel

Ϟ Mensonges proférés : 159
Ϟ Richesses amassées : 345
Ϟ Epitaphe : 03/07/2015
Ϟ Pseudonyme : Sienna
Ϟ Crédits : moi-même.
Ϟ Gagne-pain : Capitaine de la Garde d'Aviana, Protecteur de sa Majesté et Porteur de Justice.
Ϟ Liens utiles : ma fiche ;
◆ mes liens ;
◆ mes rps ;

Behind the Mirror
Ϟ Maestria:
Ϟ Murmures infondés:
Ϟ Réputation:
250/3000  (250/3000)

MessageSujet: Re: Blayne Weston, Aka Centurion et Chef des Vipers !   Jeu 8 Oct - 23:12

Bienvenue, maître des aberrations.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Méca-humain
avatar
Ϟ Mensonges proférés : 34
Ϟ Richesses amassées : 38
Ϟ Epitaphe : 04/10/2015
Ϟ Pseudonyme : Envy
Ϟ Crédits : Auroralion

Behind the Mirror
Ϟ Maestria:
Ϟ Murmures infondés:
Ϟ Réputation:
500/3000  (500/3000)

MessageSujet: Re: Blayne Weston, Aka Centurion et Chef des Vipers !   Ven 9 Oct - 9:45

Merci ! Merci à vous tous =3

En tout cas... fiche terminée
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MAÎTRE DU JEU
avatar
THE TIMELESS ONE

Ϟ Mensonges proférés : 165
Ϟ Richesses amassées : 316
Ϟ Epitaphe : 01/06/2014
Ϟ Pseudonyme : Le tiens, le vôtre, le nôtre.
Ϟ Crédits : Blackbird.
Ϟ Gagne-pain : Marionnettiste éhonté d'âmes damnées et écervelées.

Behind the Mirror
Ϟ Maestria:
Ϟ Murmures infondés:
Ϟ Réputation:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Blayne Weston, Aka Centurion et Chef des Vipers !   Ven 9 Oct - 12:36

Félicitations

Validation expresse


Ave !
Rebienvenue ! Mais quel DC, O M G ! J'ai adoré !
Le RP test a été enregistré, lu, adoré, approuvé !
En tant que maître des Vipers, tu commences avec 500 points de réputation.


Félicitation, jeune padawan ! Te voilà validé, et devenu membre officiel de notre équipage de fous furieux ! Avant toute chose, moi, sa sacrosainteté le MJ, te demanderai de faire référencer ton avatar. Ceci accompli, le forum t'ouvrira les bras ! N'hésite pas à créer une fiche de liens, afin que les autres joueurs tissent avec toi les plus belles -ou les plus terribles relations qui soient. Tu peux également tenir ton propre journal. Tu es la recherche de ta maman ou de ton petit frère ? La section scenarii est à ta disposition ! Si tu as la moindre question, n'hésites jamais à contacter le staff !
Bon jeu sur DS !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://steel-and-dust.forumactif.org
Méca-humain
avatar
Ϟ Mensonges proférés : 34
Ϟ Richesses amassées : 38
Ϟ Epitaphe : 04/10/2015
Ϟ Pseudonyme : Envy
Ϟ Crédits : Auroralion

Behind the Mirror
Ϟ Maestria:
Ϟ Murmures infondés:
Ϟ Réputation:
500/3000  (500/3000)

MessageSujet: Re: Blayne Weston, Aka Centurion et Chef des Vipers !   Ven 9 Oct - 12:50

Ah ah ! Merci *__*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Blayne Weston, Aka Centurion et Chef des Vipers !   

Revenir en haut Aller en bas
 

Blayne Weston, Aka Centurion et Chef des Vipers !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Haiti-Vodou; Un chef suprême pour le voudou est élu
» Chef de Guerre sur Cannon Io... euh... moto
» Arrestation du chef de gang William Baptiste alias "Ti
» Le chef de la DCPJ accuse d'implication dans les kidnappings
» Palace Ducarme Joseph presumé gwo chef bandi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ϟ Steel & Dust :: 
 :: Riders on the storm :: Fiches validées
-