Partagez | 
 

 Broken - ft. Mel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Méca-humain
avatar
AGENT VIPER : SHADOW

Ϟ Mensonges proférés : 562
Ϟ Richesses amassées : 885
Ϟ Epitaphe : 01/06/2014
Ϟ Pseudonyme : Blackbird ~
Ϟ Crédits : Blackbird ~
Ϟ Gagne-pain : Agent Black Viper, chien d'attaque de Pinxit Industries, assassin professionnel.
Ϟ Liens utiles : Ϟ Ma fiche -
Ϟ Mes liens -
Ϟ Mes RPs -


Behind the Mirror
Ϟ Maestria:
Ϟ Murmures infondés:
Ϟ Réputation:
554/3000  (554/3000)

MessageSujet: Broken - ft. Mel   Sam 29 Aoû - 14:58

Il s’arrêta un moment. Il était là, ombre sur fond de ténèbres nocturnes, immobile au sommet de ce toit délabré. Il regardait ce quartier qu’il avait fréquenté tant de fois, et qui lui semblait tout à coup étrangement inconnu. Sentir le vent sur son visage, entendre le froufrou délicat des pans de son manteau…Shadow ferma les yeux. Il avait passé trop de temps prisonnier.
Sans cesse, des images de son supplice le hantaient. Il revoyait la créature immonde qu’il était devenu à force de maltraitances. Il revoyait sa déchéance. Il revoyait le prix que sa trahison l’avait forcé à payer. Tout en lui n’était que cendres et ruines.
Oh il ressentait toujours. Père y avait veillé, car il s’agissait-là d’une chose nécessaire à la chasse. Il ressentait la peur, la colère, la joie…des émotions brutes. Mais, tout le reste, comme l’amour…tout cela s’était évanoui. Et les vestiges, tout ce qu’il restait de son Être, allait à un seul homme.
Aryan Turner.
Rouvrant les yeux, Shadow sauta à bas de son toit et se réceptionna en silence. Il était absolument extraordinaire de voir comment son corps avait recouvré toutes ses capacités, voire les avait même dépassées, en se souvenant de ce qu’il avait subi. Cette expérience traumatisante l’avait renforcé. Elle lui avait donné des nerfs d’acier, cependant qu’un entraînement drastique et inhumain l’avait rendu plus fort, plus rapide, plus agile.
Il venait de massacrer tout un groupe de puristes. Y compris les démunis. Père avait été clair : tue-les tous. Il avait obéi. Des gouttes de leur sang tachaient encore son visage, juste sous l’œil, au niveau de la pommette. Une peinture de guerre qui lui donnait un air drôlement féroce.
L’un d’eux avait réussi à le toucher en tirant dans la mêlée au fusil à pompe. La blessure était bénigne, du moins aux yeux de Shadow et selon les estimations de son système de soin Sentinelle, cela dit…elle saignait tout de même de façon inquiétante. Il sentait tout juste la douleur : une sorte de sensation de brûlure, vague, lointaine.
Au détour de quelques rues de là, Shadow se souvenait d’un bar. Une gargote miteuse où il rencontrait souvent ses contacts, et où travaillait une bonne amie. Mel’ Ciezlak, de son nom, était une ancienne militaire à la solde des forces allemandes unies. Shadow aimait raconter ses faits de guerre en sa compagnie. Mais toutes ces histoires n’étaient que mensonges, réminiscences grotesques d’une vie inventée par un esprit malade. Shadow n’avait jamais vécu ça. Tout ce dont il se souvenait, c’était de son accident et des soins que Père avait eu la bonté de lui prodiguer. Oui, ça, c’était la seule et unique vérité.
Shadow marcha tranquillement vers la gargote. Elle éveillait sa curiosité. Quand il en poussa la porte, certains clients le lorgnèrent d’un air antipathique que balaya une soudaine incrédulité ; et d’autres, des nouveaux en ville, se demandaient pourquoi leurs comparses s’intéressaient à cette ombre ensanglantée.
Shadow s’avança, zigzaguant entre les tables. Il ignorait la clientèle, vulgaire amas de viande malodorante. Son manteau ondoyait et effleurait certains de ces miséreux, leur transmettant la froideur maladive de celui qu’il vêtait. Shadow s’appuya finalement au comptoir et fixa les étagères, derrière, encombrées de bouteilles d’alcool poussiéreuses et de bibelots insensés. Ses yeux augmentés ne rataient absolument aucun détail. Il étudiait, analysait, froidement. Mécaniquement.
Un bruit éveilla son attention. Il inclina légèrement la tête et vit Mel’ arriver. Il ne sourit pas, ne lui lança pas de regard complice ou espiègle, la salua encore moins. Car Shadow s’était enfermé dans le silence des hommes brisés. Quand il ouvrait la bouche, c’était miracle s’il prononçait plus de quatre syllabes autres que « A vos ordres, Père. »
Une fois face à elle, il la salua tout de même d’un léger signe de tête et…de l’ombre d’un sourire.

_________________
    You saw my light start to fade when my heart turned cold
    You saw the fright in my eyes when they raped my soul
    I always tried to be good, but was misunderstood
    I always tried to be good, I tried the best I could
    You saw me cryin', mm-hmm
    You saw me cryin', mm-hmm

    I burned the past, burned it down, left it all behind
    Was born again from the ashes that were on the ground
    I'm healing well, getting strong with every passing day
    But it's so hard when the world wants you to go away
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Méca-humain
avatar
you thought hell was hard ?

Ϟ Mensonges proférés : 126
Ϟ Richesses amassées : 132
Ϟ Epitaphe : 05/08/2015
Ϟ Pseudonyme : Qadesh
Ϟ Crédits : Qadesh & BioWare
Ϟ Gagne-pain : barmaid & (ex)mercenaire encore en service
Ϟ Liens utiles : FICHE
LIENS

Behind the Mirror
Ϟ Maestria:
Ϟ Murmures infondés:
Ϟ Réputation:
150/3000  (150/3000)

MessageSujet: Re: Broken - ft. Mel   Sam 29 Aoû - 16:59

Rien dans ce monde ne tournait rond.
Si ça avait été le cas... Enfin, elle n'allait pas monologuer mentalement sur la logique du monde, c'était stupide, la seule chose qui ne changeait c'était l'ambiance de sa gargote miteuse. Ambiance qui, à l'oreille, était perpétuelle, c'en était presque rassurant dans un sens d'ailleurs, elle essuyait des verres dans le fond de son évier cabossé quand il y eu un changement de fréquence.
Le brouhaha avait baissé d'un ton et changé d'octave, ce n'était pas forcément un bon signe, elle leva les yeux et manqua de cracher sa clope dans le siphon de son évier. Mais par le Diable, que faisait-il là ? Non, changeons de question depuis quand était-il revenu ? Les séances de ce genre n'étaient pas des sinécures, non seulement elle le savait mais elle avait eu un léger aperçu fut une époque, c'est aussi cela que racontait l'encre sur sa peau, comme quoi ce n'était au final pas juste un caprice de rebelle. Elle le suivit du regard, tout en jetant un regard circulaire sur la salle, lentement les chuchotis se calmèrent, il ne reprendraient que lorsqu'elle le traînerait de force - même si elle devait y perdre sa main mécanique, dans l'arrière salle.
Il y avait quelque chose de changé... Évidemment sombre idiote ! Tu crois que l'on reviens de ce genre de séjour en pleine santé ? Pleine santé, ce n'était pas du sang ça sur ses vêtements ? Et sur sa figure ? La première question était de savoir si c'était uniquement le sien, mais avait-elle vraiment envie de le savoir... Mel n'aimait pas beaucoup tout ce qui se tramait dans cette ville de merde, elle avait une notion très étrange de l'équilibre, mais de toute façon qui en avait quelque chose à foutre ?
Dans tout les cas, il était hors de question qu'il continue à se vider de son sang sur son plancher pourri. Elle avait assez de mal comme ça pour le maintenir presque propre.
Elle posa son verre dans l'évier, avec le torchon décrépi qui allait avec et s'approcha de la tronche de six pieds de longs qui s'était posée au-dessus de son zingue. Il n'allait pas non plus transpirer la joie, mais Mel avait déjà vu ça quelque part, ce genre de silence tombal, un truc digne d'un cimetière ou d'une salle d'opération ou on venait de méchamment se louper.
Et en même temps selon elle, c'était typiquement le genre de silence assourdissant qui criait son message. Pas de sourire, un fantôme de sourire, non seulement il avait l'air de vouloir éborgner le monde avec une cuillère à thé, mais en plus il était brisé, ça se sentait, se devinait.
De toute façon il ne fallait pas se leurrer, il avait été prisonnier pour ça.
Quelle vie de merde ils vivaient, le pire c'était surtout pour les gamins qui allaient devoir grandir dans ce monde.

J'ai déjà vu ce genre de symptômes vieux, ça sent la merde. Elle s'approcha du zingue et releva le battant, passant dessous un bouteille à la main. Du whisky forcément, du bon aussi, c'était rare qu'elle le sorte publiquement, mais c'était pour lui. Ramène ta carcasse par-là, ou j't'y traîne par la peau du cul. Elle manqua de rajouter "connard" derrière, mais comme elle était d'assez bonne humeur elle préféra s’abstenir.

Attendre ? Oh non il avait plutôt intérêt à la suivre. S'il n'avait pas voulu subir ça, il ne serait pas venu en premier lieu, il n'avait rien d'une girouette, mais tout d'un mec paumé, et ça Mel n'y pouvait rien, elle pouvait simplement lui donner une sorte de plan, le reste viendrait de lui. Mais Meleth n'était sûre de rien, de rien au point qu'elle préférait savoir qu'elle avait des armes pas loin, question de sécurité, elle avait été une arme elle-même, mais savait qu'il était inutile d'essayer de confronter un colosse pareil au corps à corps, elle tenait encore assez à sa vie pour se méfier.
Mais déjà il fallait fermer ce trou !

Désape-toi, et bois un coup. Elle lui tendit la bouteille et souffla la fumée de sa cigarette entre ses dents avec un sourire de travers. Très sérieusement, une question lui brûlait la cervelle, pas pour elle-même mais pour Johanna. Ferme donc ta gueule, mercenaire, plus tard les réunions de famille, plus tard. J'te demande pas d'me parler, j'vais même pas poser de questions, mais essuie toi la figure, je parle pas aux singes. Et elle lui balança un linge propre - un miracle dans sa gargote.

La tatouée se contenta donc de sortir d'un tiroir des clampes et un plateau en acier. De quoi réceptionner le bordel, en bref du matériel médical, elle avait été infirmière sur le terrain, elle savait ce que c'était. Et puis des pruneaux elle en avait pris d'autres. Son débardeur et son jean étaient noir, elle ne craignait rien au niveau des tâches, mais elle ne laisserait pas ce cuir avec du sang dessus ! Ce n'était pas concevable. Mais dans l'ordre, à défaut de le décoincer, il fallait qu'elle le soigne, il avait quand même un trou dans le flanc droit, il fallait vider ça et le refermer. Elle espérait que ce n'était pas de la petite grenaille de merde, sinon elle allait en chier. Elle attrapa un manche à balais et le fit tournoyer dans le plafond, il y eut un gros bruit métallique et un projecteur consenti à s'allumer.
Matériel de merde ! Elle reposa le manche à balais.

_________________

Les vivants et les morts avancent sur des voies différentes; les renards quant à eux, cheminent entre les deux voies. Divinités et monstres progressent sur des chemins différents; les renards, quant à eux, se meuvent entre les divinités et les monstres. ▲ Ji Yun, Dynastie Qing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Méca-humain
avatar
AGENT VIPER : SHADOW

Ϟ Mensonges proférés : 562
Ϟ Richesses amassées : 885
Ϟ Epitaphe : 01/06/2014
Ϟ Pseudonyme : Blackbird ~
Ϟ Crédits : Blackbird ~
Ϟ Gagne-pain : Agent Black Viper, chien d'attaque de Pinxit Industries, assassin professionnel.
Ϟ Liens utiles : Ϟ Ma fiche -
Ϟ Mes liens -
Ϟ Mes RPs -


Behind the Mirror
Ϟ Maestria:
Ϟ Murmures infondés:
Ϟ Réputation:
554/3000  (554/3000)

MessageSujet: Re: Broken - ft. Mel   Sam 29 Aoû - 18:09

Shadow observa le manège de Mel’ et avisa la bouteille de whisky. Un verre lui ferait du bien. Il avait envie de s’y noyer, même. D’oublier ses réminiscences et ses cauchemars, à supposer qu’il y ait une différence entre les deux. Il adorait le whisky mais, comme son goût des Lucky Strike, ignorait pourquoi.
Il suivit docilement Mel’ à l’écart de sa clientèle. Elle le mena dans une arrière-salle à l’image du bar lui-même : miteuse. Ça sentait le renfermé, l’alcool et la gerbe. Shadow s’y accommoda, et ne fit absolument aucun commentaire.
Désape-toi, et bois un coup.
Ses doigts entourèrent le col de la bouteille d’un geste tranquille. Il sourit à Mel’ et fit un signe de dénégation. Ne t’inquiète pas, je vais bien. La mercenaire le regarda de travers, l’air de dire : désape-toi tout de suite ou je t’en colle une. Shadow frémit. Il se remémora… « Déshabillez-vous. Regardez-vous. » Il se remémora son reflet, la chose misérable qu’il était devenue. Son cœur se serra, car il savait qu’elle verrait les stigmates de sa déchéance. Malgré tout, il obéit. Même s’il allait devoir s’expliquer…Quoique Mel’ comprendrait sans doute son refus d’en parler.
Elle lui balança un linge. Shadow essuya son visage maculé de sang, et fixa longuement les taches vermeilles sur le tissu blanc. Il avait déjà oublié combien de personnes il avait tué. Quelle importance ? Les ennemis du Conglomérat n’étaient rien. C’était tout juste s’ils méritaient de mourir comme des Hommes.
Shadow se défit de son manteau et l’abandonna sur le dossier d’une chaise bancale. Là-dessous, il était vêtu d’un tee-shirt noir déchiqueté au flanc, et imbibé de sang. Il le retira avec précaution, comme si le moindre geste allait le mutiler. Je ne veux pas…qu’elle voit ça. Je ne veux pas… Se dévoila son torse musclé et…toutes ses stigmates.
La zone de la clavicule gauche était d’une teinte étrange, car on avait retiré au laser son tatouage des Sons of America. Les cicatrices des chirurgies répétées zigzaguaient de tous côtés. Mais ce qui attirait surtout l’œil, c’étaient…les autres. Les marques de coups et les vestiges de côtes mille fois brisées ; les anciens bleus et contusions ; et, dans le dos, des flagellations. Se mêlaient à ce dédale des cicatrices de trous, notamment au niveau de la colonne vertébrale. Là où Shadow avait été branché à la machine de souffrance du docteur O’Brien. En vérité, son buste était un champ de ruine à l’image de son esprit : rien ne saignait ou ne suintait, mais les stigmates étaient restées et resteraient à jamais.
Shadow balança son tee-shirt au même endroit que son manteau. Il se tenait debout, droit et fier…mais à l’instant où il croisa le regard de Mel, il détourna les yeux. Un frisson remonta son échine. Il se sentait observé, et il avait honte. C’était comme si la mercenaire voyait, à travers sa chair et ses os, ce spectre hurlant et mélancolique qu’était devenu son esprit.
Shadow leva la main, signifiant à nouveau : « Je vais bien, ne t’inquiète pas. »
C’était un mensonge.

_________________
    You saw my light start to fade when my heart turned cold
    You saw the fright in my eyes when they raped my soul
    I always tried to be good, but was misunderstood
    I always tried to be good, I tried the best I could
    You saw me cryin', mm-hmm
    You saw me cryin', mm-hmm

    I burned the past, burned it down, left it all behind
    Was born again from the ashes that were on the ground
    I'm healing well, getting strong with every passing day
    But it's so hard when the world wants you to go away
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Méca-humain
avatar
you thought hell was hard ?

Ϟ Mensonges proférés : 126
Ϟ Richesses amassées : 132
Ϟ Epitaphe : 05/08/2015
Ϟ Pseudonyme : Qadesh
Ϟ Crédits : Qadesh & BioWare
Ϟ Gagne-pain : barmaid & (ex)mercenaire encore en service
Ϟ Liens utiles : FICHE
LIENS

Behind the Mirror
Ϟ Maestria:
Ϟ Murmures infondés:
Ϟ Réputation:
150/3000  (150/3000)

MessageSujet: Re: Broken - ft. Mel   Sam 29 Aoû - 20:53

C'était quoi ce regard ?
Si Meleth en avait eu la force, elle lui aurait enfoncé son poing dans la figure. Tu es vivant connard ! D'autres n'ont pas cette chance. Mais au final, elle savait que l'on pouvait avoir un cœur en fonctionnement et ne pas vivre, être mort intérieurement, c'était sans doutes ce qu'il était.
Si elle n'avait pas tenu le matériel de sa main cybernétique, elle l'aurait sûrement laissée tomber, elle souffla la fumée de sa cigarette d'un visage impassible.
Merde, il était dans un état déplorable, c'était... une ruine ? Des vestiges ? Il n'y avait pas de mots, on aurait dis un champ de bataille après un pilonnage aérien. Et là il détourna le regard, c'était quoi ça ? De la honte ? DE LA HONTE ? Bordel de merde, non, pas ça, ce n'était pas tolérable.
Il avait survécu à ça, il n'avait pas le droit d'avoir honte de ça, sûrement pas. Naïvement elle pensa qu'il avait résisté pour elle, pour Johanna, parce qu'elle le méritait, parce qu'elle portait quelque chose en elle. Mais elle n'avait pas envie de savoir, elle ne voulait pas d'infirmation ou de confirmation et tout ce qu'elle aurait pu dire n'aurait servi à rien car elle savait autant que lui que ce n'était souvent que le début, elle constatait simplement que l'enfoiré qui avait osé faire ça n'avait plutôt pas intérêt de la croiser.

Lève tes putains d'yeux et regarde moi. Balança brusquement Mel d'un ton sec en posant le plateau en ferraille brusquement sur le premier truc pas trop branlant qui traînait et en jetant sa cigarette sur le sol, l'écrasant d'un coup de rangers. Non, ça elle ne savait pas le tolérer, que lui fasse preuve de faiblesse devant elle ? Bordel de merde, il en était hors de question, vous entendez ?! Hors de question. Ne baisse jamais les yeux devant moi, t'entends ?! Pas après ce que tu as vécu t'entends ! Sinon je te tue...

Elle cessa de froncer les sourcils et passa les doigts sur la plaie béante, impossible d'ignorer le reste, vraiment ses questions lui brûlaient les lèvres, elle en avait son cœur mécanique qui se serrait dans sa poitrine, une curiosité presque malsaine, faire preuve de tant de cruauté approchait le génie. Elle utilisa le linge maintenant à moitié sale pour essuyer le sang et voir l'état de la plaie. C'était pas aussi beau qu'elle l’espérait, elle allait devoir le charcuter un peu. Il avait de la chance dans son malheur, sur un être humain normalement constitué le trou aurait état aussi large que sa main, et surtout ça serait ressorti derrière.
Quel calibre de merde, le boucher qui avait fait ça avait mérité sa branlée. Elle se retourna et fouilla dans ses placards, elle tira de sa poche son briquet et trempa dans de l'alcool - vodka visiblement, les instruments chirurgicaux et les enflamma. Une fois l'alcool brûlé elle essuya les instruments et nettoya les traces de feu avec de l'alcool - elle faisait avec ce qu'elle avait, du véritable matériel médical coutait une fortune, elle improvisait donc sur la base de ce qu'elle avait appris sur le terrain.

Couche toi sur c'te table là... Sans me la casser, sois sympa. Ordonna la barmaid d'un ton sec, elle se passa les mains à l'alcool et les secoua pour les sécher. Je veux pas savoir ce qu'ils t'ont fait, ou comment tu t'es pris de la grenaille dans le buffet... T'es prévenu ça va pas te faire du bien mon affaire ! Marmonna Mel entre ses lèvres.
Encore heureux que sa main droite ne tremblait pas... Elle attrapa la pince et les clampes et inspira un grand coup avant de se lancer à l'assaut du cratère de chair.

Meleth était arrivée à la moitié de la grenaille qui tombait, bille d'acier après bille d'acier, dans le plateau métallique, unique bruit dans le silence révérencieux qu'elle entretenait, parfois injuriant les fabricants d'armes à feu et les abrutis qui ne savaient pas ce que c'était que la corvée de retirer cette merde sans un électroaimant. De toute façon, si elle avait joué à ça, tout aurait mal fini, surtout avec son cœur.
Elle allait lâcher une autre bille de fer quand ses oreilles frémirent - façon de parler, on approchait, on posait la main sur la poignée. Ah, cette respiration, c'était connu, commun, habituel peut-être, mais elle savait qui c'était. Du moins elle en était quasiment certaine, ce qui était aussi valable qu'une certitude. Fallait-il qu'elle rentre, elle n'était pas sûre que... Après tout vu sa tronche quand il avait dû révéler son torse, il n'était pas forcément chaud pour du public. C'était peut-être l'occasion de voir s'il la prenait au sérieux au sujet de la honte ?
Qui dans ce monde la prendrait au sérieux de toute façon ?
Oh et puis merde, son bar, son royaume, ses règles.

Décide-toi gamine ou je tire à travers cette putain de porte ! Beugla Meleth en regardant le fusil à pompe au-dessus du chambranle de la porte. Elle consentit à lâcher la grenaille dans le plateau et fit signe à cet imbécile de Skylar de rester en place. Et ferme cette putain de porte, j'ai pas encore fini bordel, ils font chier avec leur grenaille de merde... Le sale animal qui a fait ça mérite que je lui arrache la peau, centimètre carré par centimètre carré... Continua la mercenaire, lancée dans un petit monologue qui semblait venir du cœur.

_________________

Les vivants et les morts avancent sur des voies différentes; les renards quant à eux, cheminent entre les deux voies. Divinités et monstres progressent sur des chemins différents; les renards, quant à eux, se meuvent entre les divinités et les monstres. ▲ Ji Yun, Dynastie Qing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humain
avatar
Ϟ Mensonges proférés : 122
Ϟ Richesses amassées : 166
Ϟ Epitaphe : 22/08/2015
Ϟ Pseudonyme : Envy
Ϟ Crédits : kim-beurre-lait
Ϟ Gagne-pain : stagiaire à la bibliothèque de Stockbridge

Behind the Mirror
Ϟ Maestria:
Ϟ Murmures infondés:
Ϟ Réputation:
227/3000  (227/3000)

MessageSujet: Re: Broken - ft. Mel   Dim 30 Aoû - 0:07

Comme toujours, quand elle se rendait à Sighthill, Mathilda restait très prudente. Toujours sur le qui-vive, elle était attentive à son environnement. Elle faisait attention au moindre mouvement d'air, au moindre bruit et à la moindre impression qu'elle pouvait ressentir.
Et ce soir-là, elle avait un étrange sentiment. Une impression douloureuse dans sa poitrine. Comme si... quelque chose était arrivé ou allait arriver. Mais sans savoir quoi. Cela lui rappela Shadow.

Shadow....

La jeune femme ne l'avait plus revu depuis.... Depuis combien de temps déjà ? Ça devait au moins faire plusieurs mois. Alors qu'ils se voyaient souvent au bar que tenait Meleth. Lui, Mel et Mathi formaient une sorte de trio. Un trio plutôt étrange, en effet, mais un trio quand même.

Qu'était-il devenu ? Sans doute avait-il été envoyer en mission par ces salauds de Pinxit Industrie mais... Mathilda n'y croyait pas trop. Ni Mel. Quand Mathilda lui avait parlé de ses doutes, un soir, elle lui avait parlé de Johanna dont Shadow s'était entichée sans trop s'attarder sur le sujet. Ce que Mathilda comrpenait. Mais il ne lui avait pas fallu longtemps pour comprendre qu'il s'agit de la même Johanna , enceinte jusqu'au cou, qui vivait chez elle. Elle avait préféré ne pas en parler avec elle. De toute façon, son amie n'avait jamais souhaitez ne serait-ce qu'évoquer le père de son bébé à naître. Inutile de demander pourquoi. Et Mathilda le respectait. C'est pourquoi, elle-même n'avait jamais avouer à Johanna qu'elle le connaissait. Le jour où elle ferait, ce sera pour lui annoncer son retour. Et encore... Tout dépendait des circonstances de son retour....
Mathilda se secoua la tête. Shadow était un grand garçon ! Il était un agent de Pinxit Industrie ! Ce n'était pas comme s'il était sans défense, non ? Alors... pourquoi elle n'arrivait pas à s'y convaincre ?

Elle arriva à sa destination : le bar de Mel. Un endroit miteux où une toute sortes de personnes venaient pour vider un verre ou discuter. Ça allait des gros dur pompeux aux soulards invétérés en pensant par les mecs qu'on ferait mieux d'éviter. Si Mathilda y venait fréquemment, ça n'était pas vraiment pour prendre du bon temps mais pour écouter les rumeurs. Quand on voulait entendre des choses qu'on ferait mieux de cacher, les bars de ce genre s'avéraient les meilleurs endroits pour grappiller des informations. C'était d'ailleurs ainsi qu'elle avait rencontré Shadow.
Mathilda entra et ignora tout d'abord les regards qu'on lui jeta. Observant les alentours, elle constata que Meleth ne se tenait pas derrière le comptoir. Sans doute, était-elle dans l'arrière boutique. La jeune femme décida d'attendre et prit place sur un des tabourets.

L'ambiance des lieux était inhabituellement lourde et un malaise oppressant régnait. Les client semblait gênés et anxieux et évitaient de regarder en direction de la porte qui menait à l'arrière-boutique. Mais qu'est-ce qu'ils avaient ? On aurait dit qu'ils craignaient qu'une bête sauvage allait en sortir !
C'est alors qu'elle remarqua quelque chose sur le sol. Une trace sombre qui ressemblait à s'y méprendre à...

- Du sang... ? Murmura Mathilda.

L'angoisse la prit. Elle se laissa glisser du tabouret et s'approcha de la tâche vermeille pour mieux voir. Il s'agissait bien de sang. Mais... A qui était-il ? A Mel ? Non, sans doute pas. Alors qui ? Qui accompagnait son amie dans cette pièce.
Mathilda tendit une main vers la poignée et allait ouvrir la porte quand une voix forte et familière retentit :

Décide-toi gamine ou je tire à travers cette putain de porte !

En d'autres circonstances, Mathilda aurait rit de la véhémence de Mel. Sans plus d'hésitation, Mathilda ouvrit la porte, franchit le seuil d'un pas... et eu le choc de sa vie !
Shadow, allongé sur une table, blessé au flanc. La plaie semblait sérieuse et Mel se tenait près de lui, une pince à la main et enlevant les résidus d'une balle. Voire plusieurs. Mais ce qui choqua le plus Mathilda, ce ne fut pas de voir son ami étendu ni la blessure qui saignait encore ainsi que son corps ravagé. C'était... son regard. Un regard totalement différent ce qu'elle avait vu. Un regard morne et vide.

Seule la voix de Meleth lui ordonnant de fermer la porte la sortit de son hébétude. Elle obéit...et resta quelques secondes à fixer l'agent de Pinxit Industrie. Mais qu'est-ce qu'on lui avait fait ? Et pourquoi ? Comment avait-on pu le malmener à ce point !

- Comment est-ce que tu nous reviens, Shadow ? S'exclama Mathilda, horrifiée et la voix tremblotante.

Une colère sourde monta en elle alors qu'elle constatait les dégâts. Comment avaient-ils oser ? C'était... C'était révoltant. Pire même ! Tout ça parce qu'il avait eu la chance de trouver quelqu'un qui l'aimait en retour ! Non ! Elle pouvait accepter ça. Elle tenta bien de contrôler cette rage qui voulait s'exprimer mais elle eut beaucoup de mal. Cette vision de Shadow... la mettait hors d'elle. Cependant, pester et hurler sa fureur à la face du monde n'aurait servi à rien. A part brasser du vent. En plus, ça aurait été dangereux. Non, il fallait rester calme et réagir intelligemment. Mais ce qui était certain... ceux qui avaient fait du mal à Shadow le paieront. Si ça n'était pas par sa main, ce serait par quelqu'un d'autre. Mais ils le paieront !
Se reprenant, elle s'avança vers Mel, plus déterminée que jamais

- Tu as besoin d'aide, Mel ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Méca-humain
avatar
AGENT VIPER : SHADOW

Ϟ Mensonges proférés : 562
Ϟ Richesses amassées : 885
Ϟ Epitaphe : 01/06/2014
Ϟ Pseudonyme : Blackbird ~
Ϟ Crédits : Blackbird ~
Ϟ Gagne-pain : Agent Black Viper, chien d'attaque de Pinxit Industries, assassin professionnel.
Ϟ Liens utiles : Ϟ Ma fiche -
Ϟ Mes liens -
Ϟ Mes RPs -


Behind the Mirror
Ϟ Maestria:
Ϟ Murmures infondés:
Ϟ Réputation:
554/3000  (554/3000)

MessageSujet: Re: Broken - ft. Mel   Dim 30 Aoû - 18:48

Lève tes putains d'yeux et regarde-moi.
Shadow obéit. Ses yeux aux couleurs de son âme, givre terne et morne, croisèrent ceux de Mel, toujours empreint d’une espèce de colère farouche. Il acquiesça d’un signe de tête à sa menace. Ses traits ne dénonçaient aucune émotion, et ses yeux restaient d’un froid glacial, cela dit…on ressentait son malaise.
Mel l’ausculta et Shadow resta immobile, droit comme un « i ». C’est tout juste s’il la sentit triturer sa blessure. Il ne ressentait rien. Rien hormis un semblant de brûlure. Du coin de l’œil il l’observa préparer ses instruments. Evidemment, ça n’avait rien à voir avec le matos de Pinxit, mais Shadow n’allait pas jouer les fines bouches. Il avait encore du travail, d’autres dangers à éliminer. Son passage chez Mel était une obligation, ne serait-ce que pour arrêter son hémorragie. Son Evolved fonctionnait mal s’il était blessé.
Il s’allongea sur la table. Son regard fixait le plafond craquelé et son néon bleuâtre grésillant. Sa mémoire le hanta. Le souvenir de ces heures, ces jours ! Où on l’avait gardé enchaîné à une table, et forcé à fixer une lampe anormalement forte. « Ne vous inquiétez pas, Ombre. Nous allons vous rendre parfait. »
Il ferma les yeux.
T'es prévenu ça va pas te faire du bien mon affaire !
T’inquiète, j’ai vu pire.
Et il se laissa faire. Sa chair frémissait tout juste au contact de la pince. Shadow ne criait pas, ne gémissait pas. Il restait incroyablement silencieux. Bien qu’il n’eût jamais été un homme douillet, une telle résistance et indifférence à la douleur était prodigieuse.
Son oreille de traqueur ne loupa pas le bruit d’au-dehors. On l’avait entraîné à ça, non ? Ses yeux se rouvrirent et fixèrent la porte. Quelqu’un voulait entrer. Quelqu’un d’autre allait le voir. Ses poings se serrèrent. Il allait dire « Non ! » que l’intruse était déjà entrée. En reconnaissant Mathilda, Shadow se calma.
Il aimait bien cette gamine. Enfin, il croyait…Toute façon, il avait oublié ce que c’était, aimer. Il la trouvait intéressante. Elle différait des autres tas de viande, et il aurait sans doute un millième de seconde d’hésitation s’il devait la tuer…même s’il la tuerait quand même. Parce que c’était comme ça. C’était tout juste s’il se souvenait comment ils s’étaient rencontrés. Ah oui, elle n’avait pas arrêté de le lorgner comme s’il avait été une star en vogue, et avait un jour décidé de l’aborder. Elle connaissait le Shadow des bas-fonds, le chien de Pinxit. Elle ignorait toute la portée de ce surnom. Elle ignorait qu’il s’agissait en réalité de son nom. Le nom que Père lui avait donné à sa renaissance.
Mathilda vit l’état de son torse. Heureusement, Shadow était allongé, car son dos était pire. La gamine semblait horrifiée, indignée même. L’assassin la regarda d’un air vide et détourna finalement les yeux. Je n’ai pas mal. Je n’ai plus mal. C’est fini…oui, c’est fini.
Un silence gêné s’imposa. Un silence que rompait l’incessant cliquetis des billes d’acier sur la tablette en fer. Soudain, en s’efforçant d’en rattraper une engloutie par la chair, Mel dérapa et ripa sur une côte flottante. Shadow gémit de douleur, et entendre ce son réveilla ses démons. Incapable de les affronter une seule seconde, il se redressa malgré les injonctions de Mel et but une interminable gorgée de whisky. L’alcool le réchauffa, fit disparaître ses frissons et embruma son esprit malade. Il reposa lourdement la bouteille sur la commode d’à côté, y restant un instant accroché.
Je vais bien.

_________________
    You saw my light start to fade when my heart turned cold
    You saw the fright in my eyes when they raped my soul
    I always tried to be good, but was misunderstood
    I always tried to be good, I tried the best I could
    You saw me cryin', mm-hmm
    You saw me cryin', mm-hmm

    I burned the past, burned it down, left it all behind
    Was born again from the ashes that were on the ground
    I'm healing well, getting strong with every passing day
    But it's so hard when the world wants you to go away
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Méca-humain
avatar
you thought hell was hard ?

Ϟ Mensonges proférés : 126
Ϟ Richesses amassées : 132
Ϟ Epitaphe : 05/08/2015
Ϟ Pseudonyme : Qadesh
Ϟ Crédits : Qadesh & BioWare
Ϟ Gagne-pain : barmaid & (ex)mercenaire encore en service
Ϟ Liens utiles : FICHE
LIENS

Behind the Mirror
Ϟ Maestria:
Ϟ Murmures infondés:
Ϟ Réputation:
150/3000  (150/3000)

MessageSujet: Re: Broken - ft. Mel   Dim 30 Aoû - 22:47

Meleth regarda Mathilda d'un visage impassible, analysant les mimiques de son visage, il était presque normal de confronter n'importe qui au sang et à la douleur maintenant. Vie de merde. Elle retourna à son œuvre sans plus réfléchir, écoutant simplement son cœur accélérer et son rythme sanguin assourdir ses améliorations auditives, elle tapota ses oreilles externes pour qu'elle la mettent en sourdine.

D'un grand verre d'alcool petite, voilà ce dont j'ai besoin ! Maugréa Mel en enfonçant la clampe dans les chairs à vif. Cherche dans le placard derrière, doit y avoir de la vodka polonaise, sort moi ça, faut que je boive... Après prépare moi un bandage avec ce que tu trouve, dois y avoir un drap propre quelque part dans ce bordel ! Ajouta Mel d'une voix énergique.

Elle était en plein affrontement avec une grenaille récalcitrante lorsque sa main mécanique se crispa violemment sur la clampe, ripant les mâchoire métallique contre une côté flottante. Meleth sursauta quand elle entendit le jusqu'ici silencieux Shadow gémir de douleur, il se redressa comme un diable hors de sa boîte au point ou sa jambe droite déconna aussi, la lame rétractile se déployant, entamant le pied de la chaise ou elle avait posé son cul.

MERDE BORDEL ! Désolée buddy, mais il me la fallait la salope ! C'était la dernière ! Mais elle l'avait eu la saloperie ! Elle se tenait là, entre les mâchoires de la clampe. Elle jeta la clampe dans le plateau et se leva, accrochant sa chaise défoncée avec la lame qui ne s'était pas rétractée. Désolée, mais je t'ai déjà dis que je suis pas chirurgienne de profession, juste débrouillarde à cause de la guerre...

Elle regarda fixement Skylar, non fallait pas se foutre de sa gueule non plus, il ressemblait à une huître un lendemain de Noël, vide. Elle avait pitié de lui, il n'avait pas mérité ça, personne ne méritait qu'on le traite comme ça. Elle imaginait aisément ce qu'on lui avait fait subir, oh que oui elle imaginait et frissonnait à l'idée que ça pouvait lui arriver si on la chopait. Elle regarda son dos alors qu'il restait penché au-dessus de la bouteille d'alcool. Elle s'approcha et attrapa la bouteille, la posant à l'abri d'une chute éventuelle, puis elle fit quelque chose qu'elle ne faisait jamais parce qu'elle tenait à son unique main valide, elle posa sa main gauche sur l'épaule du chien errant, le loup devenu bâtard des rues.

Me sort pas tes salades ombre de pacotille, si ça allait bien, t'aurai pas besoin de nous l'assurer. Elle serra brièvement sa main sur son épaule, le visage grave. J'ai une tête à juger des gens Shadow ? Regarde moi, je suis rapiécée, tatouée, miséreuse et traînant sur le moindre contrat pour bouffer... Elle enleva sa main de son épaule et fouilla ses poches pour allumer une cigarette. J'ai pas besoin que t'essaie de me mentir, j'ai pas besoin de ça, je peux presque entendre ton âme crier au secours à ce stade. Elle se tourna vers Mathilda pour rouvrir sa gueule. Tu veux faire ton baptême de bandage ? Faut fermer ça avant que ça me salope vraiment mon parquet pourri !

_________________

Les vivants et les morts avancent sur des voies différentes; les renards quant à eux, cheminent entre les deux voies. Divinités et monstres progressent sur des chemins différents; les renards, quant à eux, se meuvent entre les divinités et les monstres. ▲ Ji Yun, Dynastie Qing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humain
avatar
Ϟ Mensonges proférés : 122
Ϟ Richesses amassées : 166
Ϟ Epitaphe : 22/08/2015
Ϟ Pseudonyme : Envy
Ϟ Crédits : kim-beurre-lait
Ϟ Gagne-pain : stagiaire à la bibliothèque de Stockbridge

Behind the Mirror
Ϟ Maestria:
Ϟ Murmures infondés:
Ϟ Réputation:
227/3000  (227/3000)

MessageSujet: Re: Broken - ft. Mel   Lun 31 Aoû - 12:48

Mathilda hocha la tête et se dirigea vers le placard que lui avait indiqué Mel. Elle farfouilla à l'intérieur et trouva ce que son amie tatouée désirait : la fameuse bouteille de vodka. Elle la sortit avec précaution mais ne prit pas de verre. Connaissant Mel... elle engloutirait une bonne rasade et un million de verres ne suffirait pas.
Elle la lui apporta et, alors que la teneuse du bar s'acharnait sur leur grand blessé, Mathilda alla fouiller dans les autres endroits pour trouver quelque chose qui pourrait faire office de bandage. Elle dénicha juste un grand drap – heureusement propre – comme l'avait supposé Meleth. Avec encore plus de précaution qu'avec la bouteille, la jeune femme s'en empara... quand un grand bruit la fit sursauter !

Shadow avait gémit – alors qu'il n'avait pas prononcé un son jusqu'à présent – et s'était redressé vivement. Comme toujours, Mel s'excusa... à sa façon.
Mathilda faillit en sourire. Elle avait toujours apprécié le franc parlé et les manières rustres de la tenancière. Elle lui faisait penser à Kyle, son parrain. Lui et elle se seraient bien entendu... Ou pas...
Ces deux-là avaient un caractère bien trempé. Une confrontation aurait forcément fait des étincelles. Après... quelles genres d'étincelles ? Ça restait à voir.

Mathilda rejoignit ses deux amis, son butin en main, et jeta un regard à Shadow qui restait prostré et s'accrochait à sa bouteille d'alcool comme s'il s'agissait d'une bouée de secours. Son cœur se serra en le voyant ainsi. Il ne ressemblait plus à rien. Si elle avait déjà vu en entrant l'état du torse de Shadow, elle n'avait pas pu constater les dégâts fait à son dos. Une horreur ! Un enchaînement de bleus et de flagellations... Mais le pire restait son attitude. On l'avait dépossédé de son essence vitale. Pinxit Industrie avait aspiré son être telle une sangsue et avait de lui une chose pratiquement dénuée d'émotions hormis une seul. Shadow n'était plus que douleur. Si Mathilda n'avait pas été autant en colère, une larme aurait sans doute couler.

Elle repensait à Johanna, seule avec Léo dans son appartement. Johanna qui attendait toujours l'occasion de revoir le père de son enfant à venir et qui espérait toujours le retrouver. Cela fit affreusement mal à Mathilda. Ni Shadow ni Johanna n'avaient mérité ça ! Enfoiré d'Aryan...

Je vais bien.

A peine un murmure entre les lèvres de Shadow.

- Crétin, lâcha Mathilda, malgré elle. Qui espères-tu tromper en mentant ainsi ?

Elle allait continuer son laïus mais Mel la devança en reprenant la bouteille et en mettant une main amicale sur l'épaule de Shadow. Et, chose inhabituelle pour la tatouée, elle le gronda... presque gentiment. Oui ! Oui ! Gentiment !
Mais chassons le naturel, il revient toujours au galop. Il ne lui fallut pas longtemps pour se tourner vers elle et lui demander de s'occuper de bander la blessure.

- Oui, je m'en charge, répondit Mathilda.

Tenant toujours le drap, la jeune femme l'enroula autour du ventre de Shadow en serrant suffisamment pour que ça tienne et fasse son office. Ceci terminé, elle mit les mains sur les hanches.
Pas terrible, mais c'est mieux que rien.
Elle fixa Shadow quelques secondes... et le prit contre elle, enroulant ses bras autour de ses épaules dans un geste amical et de réconfort.

- On te sauvera, Shadow, déclara-t-elle. On t'aidera pour que tu nous reviennes à nouveau entier Je te le promets, mon ami.

La jeune femme se fichait bien que ses paroles ne fassent qu'effleuré l'esprit de l'agent de Pinxit. Elle se fichait bien qu'il la croit ou non. Mais elle faisait tout de même cette promesse. Une promesse qu'elle comptait bien tenir. Pas seulement pour Shadow mais également pour Johanna et son bébé. Pour ce couple qui n'avait rien demandé à personne sinon d'être heureux et vivre leur amour. Pour cet homme bien et innocent qui méritait l'amour de Johanna.

Oui, innocent, il l'était aux yeux de Mathilda. Shadow était peut-être la main qui frappait mais la tête pensante restait Aryan Turner... Lui seul était le couple. Il avait commandité toutes ces morts et Shadow effectuait la base besogne sans qu'il puisse y faire quoi que ce soit !
Cette promesse qu'elle faisait à Shadow, c'était également un pied de nez au PDG de Pinxit. Oh ! Quel plaisir que de faire voir à Aryan que son emprise sur ses agents n'est qu'une illusion. Que leur loyauté n'est qu'un fil tangible qui peut se casser à la moindre mauvaise brise ! Que la loyauté basée sur la peur et la souffrance ne valait rien à côté de celle engendrée par l'amour !

Oh oui ! Et quand Aryan verra son erreur... ce sera trop tard pour lui. Le destin le frappera et finira par l'engloutir à jamais dans le néant! Oh comme Mathilda adorera voir ce moment où Johanna et Shadow se tiendraient côte à côte avec leur enfant pour mettre à bas ce pathétique petit homme qui a battis son empire sur le malheur des autres ! Oh oui ! Comme elle adorera ça...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Méca-humain
avatar
AGENT VIPER : SHADOW

Ϟ Mensonges proférés : 562
Ϟ Richesses amassées : 885
Ϟ Epitaphe : 01/06/2014
Ϟ Pseudonyme : Blackbird ~
Ϟ Crédits : Blackbird ~
Ϟ Gagne-pain : Agent Black Viper, chien d'attaque de Pinxit Industries, assassin professionnel.
Ϟ Liens utiles : Ϟ Ma fiche -
Ϟ Mes liens -
Ϟ Mes RPs -


Behind the Mirror
Ϟ Maestria:
Ϟ Murmures infondés:
Ϟ Réputation:
554/3000  (554/3000)

MessageSujet: Re: Broken - ft. Mel   Lun 31 Aoû - 22:35

Crétin. Qui espères-tu tromper en mentant ainsi ?
Shadow regardait droit devant lui. On lisait l’absence d’émotion dans son regard. Le vide absolu.
Il frémit en sentant une main serrer son épaule, et tourna légèrement la tête. Ses yeux glissèrent vers Mel en chuintant et la fixèrent avec intensité. Shadow avait tout d’un fauve réduit à la soumission à coup de trique. Il se tenait tapi dans l’ombre en silence. Ses yeux aux iris rétractés luisaient d’une évidente animosité. Il refusait qu’on l’approche et réagissait au moindre toucher. Ne dit-on pas qu’il faut se méfier d’un animal blessé ?
J'ai pas besoin que t'essaie de me mentir, j'ai pas besoin de ça, je peux presque entendre ton âme crier au secours à ce stade.
C’était vrai. On avait anéanti l’éclat de son âme. On l’avait condamnée à l’obscurité éternelle. On l’avait métamorphosée en un spectre déformé qui gémissait de douleur et hurlait à l’aide. Une de ces entités horrifiques qui hantent inlassablement des lieux désolés.
Le corps de Shadow était un lieu désolé.
Il se redressa en grognant, sa blessure le tourmentant méchamment. Il se rassit convenablement et s’abandonna aux bons soins de ses rebouteuses. Son regard avait suivi ce point inexistant qu’il n’arrêtait pas de fixer. C’était comme s’il était prisonnier d’un autre monde et voyait des choses irréelles.
Soudain, Mathilda l’enlaça. Shadow ignora comment réagir : il restait-là, immobile et les bras écartés, comme s’il cherchait à éviter ce contact. Comme s’il n’en comprenait pas la signification. Et justement, il n’en comprenait pas la signification. Il l’avait oubliée. Tu oublieras ce qu’est l’amour et l’amitié…tu oublieras tout. Tu es une ombre. Les ombres se fichent de ces choses-là.
Et pourtant, il répondit à l’étreinte. Ses bras de métal entourèrent Mathilda et la serrèrent avec une étonnante douceur.
On te sauvera, Shadow.
Ils m’ont dit la même chose, là-bas…Ils me le répétaient constamment…
Mathilda se recula. Shadow descendit de la table et attrapa son tee-shirt, qu’il revêtit. Ses gestes étaient précautionneux, comme s’il craignait de rouvrir ses blessures ou de raviver sa douleur.
C’est trop tard, dit-il en empoignant son manteau.
Il exhuma une boîte de cigarettes de sa poche intérieure. Pas sa boîte en métal à l’effigie de l’aigle américain, cadeau d’un gamin du nom de Kyle qu’il avait sauvé d’une bande de mercenaires en colère. Le gosse leur avait chapardé ladite boîte en croyant y trouver de la bouffe ou à défaut un truc à revendre. Non, une boîte uniforme estampillée d’une tête de vipère. Evidemment, à l’intérieur on y trouvait uniquement des clopes. La photo de sa mère avait disparue, elle aussi. Vous l’avez brûlée…
Shadow glissa une clope entre ses lèvres et fit un signe à Mel’. T’as du feu ? L’habitude était tenace. Dans sa cellule, il avait parfois le droit de fumer, même s’il devait mendier du feu aux gardiens. Mel se montra heureusement moins antipathique.
Ils ont fait…, commença-t-il en détournant les yeux, ce qu’ils devaient faire.
Un nuage de fumée grisâtre fuit de ses lèvres et de ses narines, s’épanchant dans la pièce. Shadow revêtit son manteau, grimaçant à peine à cause de sa blessure. Le silence était à nouveau tombé. Il le rompit d’un simple :
Merci.

_________________
    You saw my light start to fade when my heart turned cold
    You saw the fright in my eyes when they raped my soul
    I always tried to be good, but was misunderstood
    I always tried to be good, I tried the best I could
    You saw me cryin', mm-hmm
    You saw me cryin', mm-hmm

    I burned the past, burned it down, left it all behind
    Was born again from the ashes that were on the ground
    I'm healing well, getting strong with every passing day
    But it's so hard when the world wants you to go away
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Méca-humain
avatar
you thought hell was hard ?

Ϟ Mensonges proférés : 126
Ϟ Richesses amassées : 132
Ϟ Epitaphe : 05/08/2015
Ϟ Pseudonyme : Qadesh
Ϟ Crédits : Qadesh & BioWare
Ϟ Gagne-pain : barmaid & (ex)mercenaire encore en service
Ϟ Liens utiles : FICHE
LIENS

Behind the Mirror
Ϟ Maestria:
Ϟ Murmures infondés:
Ϟ Réputation:
150/3000  (150/3000)

MessageSujet: Re: Broken - ft. Mel   Mar 1 Sep - 15:47

Le verbe devoir donnait la nausée à Meleth.
Ils devaient le briser en petits morceaux ? Comme un Troll brise un crâne dans la fosse ? Tout ce qu'il avait fait c'était éprouver des sentiments, était-ce un crime ? Oui, visiblement aux yeux de Pinxit ça l'était, mais elle ne pouvait pas ne pas comprendre ce point de vue. Les sentiments, ils mènent à l'erreur, et l'erreur finit immanquablement par mener à l'échec et il imaginait ô combien Pinxit et son connard de patron ne pouvaient supporter l'échec, à tout les niveaux, sur toute les échelles. Elle ne l'acceptait pas, mais elle comprenait d’où venait l'idée sotte qu'ils avaient eue, après tout Shadow était un personnage construit de toute pièces, une sorte de puzzle que l'on avait mis au point pour servir des intérêt qui n'étaient pas les siens.
De toute façon, des intérêts, il n'était pas censé en avoir.
Mais là, il n'était pas uniquement question d'intérêt égoïstes, même si c'était au-delà de tout ce qu'elle pouvait ou voulait comprendre, il y avait aussi Johanna dans la balance, et pas uniquement elle d'ailleurs pour le coup, encore qu'elle se voyait mal aborder le sujet, il n'avait même pas posé de questions sur Jo... Comment le pourrait-il ? Dans l'état ou il était, il n'avait sûrement pas envie qu'elle le voie comme cela, elle pouvait comprendre sa honte dans un sens, mais...
Mais, mais, elle n'avait que ça dans la tête, elle allait sûrement se payer une migraine, trop d'empathie Mel, beaucoup trop, t'as plus l'habitude sale bique. Elle regarda le grand dadais creux répondre maladroitement à l'étreinte de Mathilda, dans un sens Meleth enviait la naïveté que cela dégageait, mais elle savait bien qu'il avait souffert, beaucoup trop.
Et s'il devait lui raconter un jour, il omettrait sûrement beaucoup de choses, par fierté ou par égards, difficile de le savoir.

Tu n'es pas juste là pour que je te raccommode, je n'ai pas besoin que tu me remercie alors que je n'ai encore rien fait. Lança Meleth pour toute réponse. Elle frappa le sol de son pied pour faire rentrer la lame à sa place, décidément elle nécessitait une petite révision cette guibolle. Sa main aussi d'ailleurs, on n'échappe pas à son passé pas vrai ? Elle avait remis son cancer en route, exhalant des nuages âcres qui montaient former un océan sur son plafond dégueulasse. Si tu es là, c'est que tu as besoin d'aide et Mathilda a raison nous allons t'aider, je ne sais pas encore en quoi et comment je vais t'aider mais je le ferais, ne serait-ce que pour tout ces verres que tu m'as payé dans mon propre bar. Parce que, bougre de con, si tu voulais simplement un pansement, il te suffisait de rentrer au bercail, inutile de venir ici, on serait venu te récupérer, précieuse marchandise que tu es, propriété d'un sale égoïste maboul qui méritait l'esquinte, et encore elle restait polie. D'ailleurs je ne sais même pas si tu es vraiment là, ou es le fier Shadow qui me contait son héroïsme ? Veux-tu bien me le dire ? Mais je le sais déjà, tu as laissé une partie de toi là-bas. Termina Mel en étirant les doigts artificiels de sa main droite. Ils avaient tous laissé une par d'eux-même quelque parts.

Dans cet endroit dont il ne parlerait pas.
Inutile de pousser plus loin les questions, il fallait que ça sorte de sa bouche ! Sinon, rien n'y ferait et il serait toujours aussi consterné sur son propre sort, ce qui était compréhensible. Mais comment oser lui dire merci sur ce ton là ? La dernière fois qu'elle avait entendu cette voix, c'était le jour ou elle avait dû descendre l'un de ses amis, un collègue, un frère, tout ça parce qu'il ne pouvait plus suivre le rythme. Une mort digne, au moins lui n'avait plus aucun calvaire à subir.

On oublie jamais vraiment qui on est... Lança Mel, pour elle-même mais assez fort pour qu'on l'écoute. Elle regarda les deux camarades qu'elle avait récolté sur sa route pourrie, son destin en chiffon. On peux bien te frapper, t'esquinter la gueule, te priver de tout, mais quelque part, c'est toujours là, enfoui sous l'âme... Il y a des choses dont il est difficile de se souvenir mais qu'on oublie jamais, connard. Termina la tatouée d'un ton affectueux, avec ce regard brillant de renard aux aguets.

S'il le fallait, elle deviendrait vexante, mais elle lui arracherait autre chose que la pitié qu'il se portait, même si pour cela elle devait risquer qu'il lui casse un bras, ou une jambe, auquel cas elle était dans la panade. Elle coinça sa clope entre ses dents pour déboucher sa vodka et en boire une longue rasade qui lui rappela que les démons de chacun se cachaient dans le moindre coin d'ombre. Mais chez l'ombrageux chien errant, cette ombre venait artificiellement, elle ne venait même pas de lui-même, tout ce qu'il faisait c'était prendre la douleur qu'on lui donnait et il s'en faisait un manteau, le con.
Comment diable allait-elle aider ce crétin ?

_________________

Les vivants et les morts avancent sur des voies différentes; les renards quant à eux, cheminent entre les deux voies. Divinités et monstres progressent sur des chemins différents; les renards, quant à eux, se meuvent entre les divinités et les monstres. ▲ Ji Yun, Dynastie Qing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humain
avatar
Ϟ Mensonges proférés : 122
Ϟ Richesses amassées : 166
Ϟ Epitaphe : 22/08/2015
Ϟ Pseudonyme : Envy
Ϟ Crédits : kim-beurre-lait
Ϟ Gagne-pain : stagiaire à la bibliothèque de Stockbridge

Behind the Mirror
Ϟ Maestria:
Ϟ Murmures infondés:
Ϟ Réputation:
227/3000  (227/3000)

MessageSujet: Re: Broken - ft. Mel   Mar 1 Sep - 21:38

Sentir Shadow lui rendre son étreinte apaisa quelque peu la colère qui grondait en elle. Elle en fut même touchée, ne s'attendant pas du tout à une telle marque d'affection. Cela l'incita à resserrer un peu plus son étreinte.

Non, Shadow. Tu n'es plus seul, songea-t-elle avec force. Tu n'as pas été abandonné. Laisse-nous simplement t'aider.

Elle faillit en verser une larme en comprenant une chose. Sa manière de lui rendre son étreinte montrait à quel point on lui avait fait du mal. A quel point on avait malmené son esprit. Mathilda ne put en supporter davantage. Trop d'émotions violentes l'assaillaient. Un mélange de colère, de tristesse et de dégoût pour ce qu'on avait fait à Shadow mais aussi à Johanna. Johanna qui restaient prostrée dans son coin, parlant à peine hormis pour parler des bébés. Et encore... Johanna qui était au désespoir mais qui se raccrochait à ses enfants à venir. La voir ainsi lui faisait tout aussi mal que l'état dans lequel se trouvait Shadow.

Mathilda se retira doucement des bras de son ami. Ce dernier descendit de la table pour attraper ses vêtements et recouvrir son torse et son dos mutilés. Il sortit son habitu... non-habituelle ? boîte de cigarette. Pourquoi n'était-elle pas surprise qu'on lui ait retiré sa fameuse boîte en métal qu'il traînait partout ? Ça entre autres choses... On lui avait enlevé tout ce qui aurait pu rappeler l'homme qu'était réellement Shadow. Dans une tentative d'effacer toute trace d'humanité chez lui, Aryan s'était arrangé pour que tout objet risquant d'éveiller l'être humain disparaisse.

C’est trop tard

Mathilda garda le silence. Elle tenta de maîtriser son écœurement et sa rage en serrant les poings tandis que Shadow, sa cigarette en bouche, réclamait du feu à Mel d'un geste. Elle garda tout autant le silence pendant que Mel s'exécutait et parlait à leur ami brisé.

La jeune femme tremblait d'une fureur noire. Elle écoutait à peine ce que racontait la tenancière car le sang tapait dans ses oreilles. Ses ongles s'enfonçaient dans ses paumes mais elle en sentait à peine la douleur. Puis elle ne put se contenir davantage.

Son poing vint frapper l'épaule de Shadow avec force. Sauf... qu'elle s'érafla méchamment sur le métal qui constituait le bras de l'agent de Pinxit. Elle saignait et s'était s'en doute cassé une phalange ou deux. Le sang coula entre ses doigts et Mathilda dût les recueillir dans la paume de son autre main. Malgré la douleur, la jeune femme était trop en colère pour s'en soucier.

- Comment oses-tu prétendre qu'il est trop tard ? S'exclama-t-elle. Ils ont fait ce qu'ils devaient faire ? En quoi ? Ils étaient obligés de te matraquer ? De te torturer et te rendre dingue de souffrance ? Et tout ça pour quoi ? Pour les beaux yeux d'Aryan Turner ? Parce que tu as choisi d'aimer Johanna ?

Des larmes douloureuses et de colère glissèrent sur ses joues. Elle en voulait à Turner. Elle en voulait à tous les employés de Pinxit Industrie. Elle en voulait à Shadow de son apathie et son fatalisme. Elle en voulait au monde entier.

- Johanna n'espère qu'une chose ! Te revoir. Elle reste des heures en silence à t'attendre ! Elle mange juste ce qu'il faut pour se préserver et préserver ses bébés. Parce que figure-toi, il s'agit de jumeaux. Un garçon et une fille qui peuvent venir au monde à tout moment. Johanna se maintient en vie uniquement pour eux ! Elle sort à peine. Elle ne quitte mon appartement que pour aller au travail ou ses rendez-vous chez l'obstétricien ! Le reste du temps, elle s'enferme dans la chambre.

Elle n'aurait sans doute pas dû parler ainsi. Mais Mathilda se sentait tellement en rogne ! Elle ne pouvait rester-là à regarder Shadow se morfondre comme un chien apeuré. Bon sang ! Il était une ombre ou une mauviette !

- Ce qu'ils t'ont fait... c'est du barbarisme, pur et simple ! continua Mathilda. Parce qu...parce qu'ils ne pou... pouvaient pas te contrôler à leur guise, ils... ils... ils...

Sa voix s'éteignit. Elle bougea les lèvres mais aucun son n'en sortait. Elle ne parvenait plus à parler, malgré ses efforts. Sa voix s'était bloquée comme il y avait dix-neuf ans, quand elle avait vu son père se faire assassiner sous ses yeux et ce pendant deux ans de sa vie. De nouvelles larmes coulèrent. Elle pleurait. Elle pleurait pour Johanna. Pour ses deux enfants à venir. Pour Shadow. Elle pleurait son impuissance face à cette injustice qui était tombé sur eux.

Que pouvait-elle faire ? Elle n'était... rien. Elle ne possédait pas la force nécessaire pour forcer Shadow à se sauver lui-même ou d'affronter Aryan pour l'éliminer une bonne fois pour toute... Elle ne pouvait... rien... faire... Et cette constatation la minait et la glaçait jusqu'aux os.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Méca-humain
avatar
AGENT VIPER : SHADOW

Ϟ Mensonges proférés : 562
Ϟ Richesses amassées : 885
Ϟ Epitaphe : 01/06/2014
Ϟ Pseudonyme : Blackbird ~
Ϟ Crédits : Blackbird ~
Ϟ Gagne-pain : Agent Black Viper, chien d'attaque de Pinxit Industries, assassin professionnel.
Ϟ Liens utiles : Ϟ Ma fiche -
Ϟ Mes liens -
Ϟ Mes RPs -


Behind the Mirror
Ϟ Maestria:
Ϟ Murmures infondés:
Ϟ Réputation:
554/3000  (554/3000)

MessageSujet: Re: Broken - ft. Mel   Mer 2 Sep - 22:45

Shadow avait tourné le dos à ses deux amies comme s’il comptait s’en aller. Les mots de Mel le firent s’arrêter net. Ses iris glissèrent vers elle et la dévisagèrent de biais, un instant, avant de fixer droit devant lui.
…ou es le fier Shadow qui me contait son héroïsme ? Veux-tu bien me le dire ?
Anéanti. Tout ça n’était qu’élucubrations d’un esprit malade. Oui, le docteur O’Brien l’avait dit, et redit, et redit. On l’avait soigné, maintenant. Il se souvenait des bonnes choses…des choses que voulait Père.
On n’oublie jamais vraiment qui on est...
Je n’ai rien à oublier.
Soudain, une frappe le toucha à l’épaule. Comme un fauve aux aguets, Shadow réagit à l’instinct et immédiatement. Il se retourna vivement, toutes lames dehors, et manqua trancher la gorge de Mathilda. Ce qui l’en empêcha ? Il l’ignorait. Toujours est-il qu’il la menaçait et la fixait droit dans le blanc des yeux, déterminé à se défendre si elle osait recommencer. On ne me frappera plus. Plus sans que je ne me défende.
L’odeur du sang émoustilla ses narines.
Figé, il écouta Mathilda déballer toute son indignation.
Et là, elle prononça un nom. Les lames glissèrent en chuintant à l’intérieur de leur fourreau. Tranquillement, comme si Shadow était incertain de sa sécurité. L’était-il vraiment ?
Parce que tu as choisi d'aimer Johanna ?
Johanna. Son cœur se serra. Tout en lui devint douloureux. Ses entrailles s’entremêlèrent en un micmac sanguinolent. Sa cervelle tournait à plein régime, comme si elle cherchait à exhumer des réminiscences cachées. Et Shadow…en ignorait la raison. Il restait impassible. Son visage dénué de la moindre expression. Et soudain, comme une vague glacée éteindrait un brasier, toutes ces émotions disparurent. Tu ne ressentiras aucun amour. Seulement envers ton Père, car tu lui dois tout.
Oui. Shadow ne ressentait rien.
Mathilda avait beau essayer de le secouer, Shadow était inébranlable. Il avait abandonné sa posture de combat et s’était redressé, toisant Mathilda. Elle était énervée et chialait comme s’il y avait une raison importante de le faire. Shadow n’y comprenait rien.
Je n’aime que mon Père, dit-il sèchement.
Père. Shadow avait toujours évité de nommer Turner comme ça. C’était le nom des situations où il avait des reproches à se faire. L’ultime marque de respect envers son Créateur et maître. Cette façon de le balancer mettait un tas de choses en évidence. Turner s’était érigé comme figure paternelle réelle de Shadow. Il était son autorité, ok, mais surtout celui qui l’avait fait vivre, qui l’avait élevé…
Aryan Turner.
Shadow se détourna de Mathilda.
Ce qu'ils t'ont fait... c'est du barbarisme, pur et simple !
Shadow garda le silence une seconde. Il fuma tranquillement sa cigarette, l’air ailleurs. Et, exhalant un nuage de fumée grisâtre, il confessa :
J’ai été un mauvais fils. Ça ne se reproduira pas, je lui ai juré.

_________________
    You saw my light start to fade when my heart turned cold
    You saw the fright in my eyes when they raped my soul
    I always tried to be good, but was misunderstood
    I always tried to be good, I tried the best I could
    You saw me cryin', mm-hmm
    You saw me cryin', mm-hmm

    I burned the past, burned it down, left it all behind
    Was born again from the ashes that were on the ground
    I'm healing well, getting strong with every passing day
    But it's so hard when the world wants you to go away
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Méca-humain
avatar
you thought hell was hard ?

Ϟ Mensonges proférés : 126
Ϟ Richesses amassées : 132
Ϟ Epitaphe : 05/08/2015
Ϟ Pseudonyme : Qadesh
Ϟ Crédits : Qadesh & BioWare
Ϟ Gagne-pain : barmaid & (ex)mercenaire encore en service
Ϟ Liens utiles : FICHE
LIENS

Behind the Mirror
Ϟ Maestria:
Ϟ Murmures infondés:
Ϟ Réputation:
150/3000  (150/3000)

MessageSujet: Re: Broken - ft. Mel   Ven 11 Sep - 19:56

Meleth contemplait le désastre.
C'était bel et bien ce que c'était, un désastre, une catastrophe. Ne me regarde pas comme ça, connard. Fut sa première pensée avant de pousser un chapelet de jurons. Elle regarda Mathilda, elle était désolée pour elle, mais il était naïf de croire que des paroles changeraient quelque chose, et pourtant il le faudrait bien, elle n'était pas de taille à rivaliser avec l'augmenté. Pourtant jamais elle ne s'était sentie dans un sens aussi désarmée, elle avait pourtant combattu un tas de choses, perdu des membres, elle avait tué, survécu, abattu, pourchassé, exécuté. Elle conaissait aussi ce sentiment d'être redevable à un homme, mais jamais elle n'avait été à ce point sur la corde raide. Encore qu'elle avait un doute, était-il encore réellement celui qu'il prétendait être ?
Des preuves ? En voilà une.

Si tu avais vraiment oublié, Mathilda serait déjà clouée au mur, morte, et je serais sûrement dans le même état, même si j'ose rêver que je te donnerai plus de difficultés... Marmonna Mel d'une voix grave, basse, rauque, voilà ce que c'était que d'être confrontée à l'humain. Il pouvait bien chier une pendule sur Turner, il n'en restait pas moins un humain, c'était difficile d'effacer l'humanité d'un être. Même si ce n'était pas impossible, les réminiscences de cette humanité restaient les plus fortes racines qui soient. Elle se leva et traîna lentement la chaise vers le mur pour l'y ranger, d'une certaine façon. Elle la cala d'un coup de pied et enfonça ses mains dans ses poches avant de revenir vers le Viper. Mais tu as raison, tu as le devoir d'être un bon petit chien, après tout tu n'as pas le choix... Meleth eut un rictus moqueur.

Elle savait pertinemment que sa prochaine phrase pouvait être sa dernière phrase. Mais elle voulait montrer sa colère, sa colère et sa déception. Elle savait qu'il avait trop souffert pour lui reprocher d'avoir cédé. Mais il avait encore quelque chose dans ce monde, quelque chose qui valait la peine de subir toute les souffrances physiques ou mentales qui soient. Elle admettait volontiers que c'était bien le délire des amis de se sacrifier pour vous, elle admettait aussi cependant que cette cohésion, cet amour inébranlable, il soulevait des montagnes - ou des trolls, ça se valait. Elle pouvait aussi pardonner, parce qu'elle savait, et encore elle ne touchait que la surface, de toute la cruauté dont ils étaient capables, il suffisait de connaître les chiens galeux d'Harmattan pour savoir que le Conglomérat avait la pointe de ce qui se faisait de meilleur dans le pire. Elle regarda les tatouages qui couraient sur ses bras, comme pour réfléchir, suivre les lignes d'encre semblaient être la promenade de ses neurones.
Chien galeux ? Dis donc la mercenaire, calme tes ardeurs, t'es du même bois.

Mais j'ai une réponse à ma question. Elle releva les yeux, envoyant tout les poignards qu'elle pouvait de son regard sur la nuque de ce grand crétin buté. S'il fallait qu'elle se prenne une mandale, elle en prendrait une ! Tu n'es pas Shadow, pas celui que je connais tout du moins, il n'est pas faible et soumis à ce point. Elle renifla brièvement, son rictus collé au lèvres - mais son regard de renard concentré trahissait l'imposture. Je ne te retiens pas, peut-être que tu as raison, tu es le chien de Turner, après tout un jour tu me flinguera sûrement. Termina Meleth d'une voix grave, consciente qu'elle disait là une part de vérité.

Maintenant ? Maintenant elle priait pour ne pas avoir à se faire implanter une mâchoire neuve.

_________________

Les vivants et les morts avancent sur des voies différentes; les renards quant à eux, cheminent entre les deux voies. Divinités et monstres progressent sur des chemins différents; les renards, quant à eux, se meuvent entre les divinités et les monstres. ▲ Ji Yun, Dynastie Qing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humain
avatar
Ϟ Mensonges proférés : 122
Ϟ Richesses amassées : 166
Ϟ Epitaphe : 22/08/2015
Ϟ Pseudonyme : Envy
Ϟ Crédits : kim-beurre-lait
Ϟ Gagne-pain : stagiaire à la bibliothèque de Stockbridge

Behind the Mirror
Ϟ Maestria:
Ϟ Murmures infondés:
Ϟ Réputation:
227/3000  (227/3000)

MessageSujet: Re: Broken - ft. Mel   Lun 14 Sep - 10:51

J’ai été un mauvais fils. Ça ne se reproduira pas, je lui ai juré.

Mathilda eut la sensation que le sol se dérobait sous ses pieds. Elle dût se maintenir à un meuble pour ne pas s'écrouler au sol. La colère, l'indignation, l'inquiétude et la douleur s'étaient comme échappés d'elle, la rendant pratiquement hermétiquement fermée à toute émotion. Il ne lui restait qu'une seul chose : le goût amer de l'échec avant même d'avoir pu tenter quoi que ce soit pour sauver son ami. Elle se sentait vidée de toute énergie au point qu'un elle tenait à peine sur ses chambres. Les paroles de Shadow avaient comme balayé le reste d'espoir qui lui restait de le ramener à la surprise. La perte qu'elle venait de subir lui donnait comme des vertiges.

Mathilda ne pouvait plus rien faire pour l'aider. Quoi qu'elle puisse dire ou faire, Shadow y resterait insensible. Plus rien ne pourrait jamais l'atteindre d'une quelconque façon. Le mur qu'Aryan Turner avait façonné autour du cœur de son agent demeurerait indestructible pour toujours. Pire encore ! A l'image du miroir maléfique dans le conte de la Reine des Neiges, un éclat avait atteint ce cœur pour le transformer en glace.
Découragée, Mathilda s'assit sur une chaise.

Qu'allait-elle dire à Johanna ? Comme lui révéler la terrible vérité sur l'homme qu'elle aimait ? Comme lui avouer que son Ombre était morte mentalement et ne reviendrait jamais ? Comme lui expliquer que le père de ses futurs enfants ne les verra jamais grandir et risque de les tuer si Aryan Turner en donnait l'ordre ? La jeune femme ne voulait pas le lui annoncer mais avait-elle le choix ? La vérité serait douloureuse mais le mensonge encore pire. Même par omission. Mathilda n'avait donc pas le choix. Johanna lui en voudra sûrement mais peut-être finira-t-elle par lui pardonner d'avoir été honnête envers elle.

Mathilda ferma les yeux quelques secondes et prit une grande inspiration alors que Mel prononçait des paroles que le jeune femme écoutait à peine. Néanmoins, étrangement, entendre l'ancienne militaire pester eut comme un effet revitalisant sur elle. Mel avait beau ne pas s'adresser à elle mais à Shadow, ses paroles emplies d'une colère indignée lui firent entrevoir un infime espoir. Très minime mais bien présent.

- Meleth, fit Mathilda prise d'une détermination nouvelle, il faudra qu'on parle toutes les deux, après.

Son idée avait peu de chance d'aboutir et peut-être conduirait-elle à une catastrophe, faisant plus de mal qu'autre chose, mais il fallait essayer. Et puis... Mathilda avait confiance en Shadow. Ou plutôt, elle avait confiance en l'amour qu'il éprouvait pour Johanna. Elle savait qu'il l'aimait toujours. Il fallait plus qu'un reconditionnement pour effacer ce sentiment. Il fallait juste le lui rappeler. Quitte à le faire par la manière forte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Méca-humain
avatar
AGENT VIPER : SHADOW

Ϟ Mensonges proférés : 562
Ϟ Richesses amassées : 885
Ϟ Epitaphe : 01/06/2014
Ϟ Pseudonyme : Blackbird ~
Ϟ Crédits : Blackbird ~
Ϟ Gagne-pain : Agent Black Viper, chien d'attaque de Pinxit Industries, assassin professionnel.
Ϟ Liens utiles : Ϟ Ma fiche -
Ϟ Mes liens -
Ϟ Mes RPs -


Behind the Mirror
Ϟ Maestria:
Ϟ Murmures infondés:
Ϟ Réputation:
554/3000  (554/3000)

MessageSujet: Re: Broken - ft. Mel   Dim 4 Oct - 20:19

Tandis ce que son corps restait immobile, ses iris glissèrent vers Mel et la fixèrent. Pas la moindre émotion ne s’y lisait. Ils étaient froids comme le polymère dont ils étaient faits. Cela dit, ils trahissaient le semblant d’émotion qui grouillait dans le cœur déchiré de Shadow. Oui, quelle raison l’avait donc retenu de tuer Meleth et Mathilda ? Et quelle raison l’avait donc fait venir ici, si ce n’est une espèce de nostalgie ?
Non, c’était impossible. Il ne ressentait rien. Rien, rien du tout ! Ni amour, ni amitié, ni rien d’humain. Tout ça allait à Aryan Turner, et uniquement Aryan Turner. Car il était Tout, Dieu le Père et le Père qu’il n’avait jamais eu. Et lui…au fond, n’était qu’un enfant turbulent.
Son regard se détourna un instant de la mercenaire et Shadow fit un pas en avant. Il n’y avait rien pour lui ici…absolument rien. Il devait partir, retourner accomplir sa besogne de chien bien dressé.
Mais j'ai une réponse à ma question.
L’assassin se figea et se retourna, intrigué. En écoutant Mel causer, il s’avança vers elle comme le ferait un prédateur. La démarche assurée et vaguement menaçante.
…tu es le chien de Turner, après tout un jour tu me flingueras sûrement.
Maintenant.
Shadow la saisit à la gorge et la plaqua si fort contre le mur qu’il se fissura. Le vieux néon plafonnier grésilla méchamment. L’une de ses fixations lâcha, le faisant pendouiller lamentablement et plongeant la pièce dans une semi-obscurité mouvante. Le genre d’environnement où il n’était pas rare de croiser une Ombre assassine. Une Ombre dont le regard glacial affrontait celui de Meleth, prisonnière de sa poigne de fer. Ce geste seul aurait pu trahir une sourde colère…si Shadow n’avait semblé si calme. Ses doigts écrasaient la trachée de Mel avec une force tranquille presque terrifiante. A l’Ombre de dire, de son timbre mesuré :
Attention à ce que tu dis.
Comment osait-elle le traiter de faible ? Il était un chien d’Aryan Turner, et il n’y avait aucune place pour les faibles dans la meute. Soumis, évidemment qu’il l’était. On y avait veillé. Quoique même un chien bien dressé a toujours de quoi mordre. Mais de là à imaginer Shadow mordre la main de son maître…non, c’était impensable.
Je ne tue que sur ordre, ajouta-t-il. Mais je pourrais bien faire une exception si tu continues à me provoquer.
Et il la lâcha.
Tu parles comme si tu savais ce qu’on m’a fait. Dans ce cas tu devrais savoir que j’en suis ressorti tout sauf faible. Il n’y a pas de place pour les faibles dans la meute de Père. J’ai été faible, oui…et au lieu de m’éliminer il…m’a offert une chance.
Ces mots seuls gueulaient au monde entier qu’on l’avait lobotomisé. Encore, et encore, et encore. Oui, Aryan Turner vous aime, Shadow. Il vous a offert une chance inouïe. Il va faire de vous une Ombre parfaite. S’en rendait-il compte ? Rien n’était sûr…
Shadow se recula et tourna le dos à Meleth. Ce geste en disait long : l’Ombre ne se répèterait pas.

_________________
    You saw my light start to fade when my heart turned cold
    You saw the fright in my eyes when they raped my soul
    I always tried to be good, but was misunderstood
    I always tried to be good, I tried the best I could
    You saw me cryin', mm-hmm
    You saw me cryin', mm-hmm

    I burned the past, burned it down, left it all behind
    Was born again from the ashes that were on the ground
    I'm healing well, getting strong with every passing day
    But it's so hard when the world wants you to go away
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Broken - ft. Mel   

Revenir en haut Aller en bas
 

Broken - ft. Mel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ϟ Steel & Dust :: 
 :: Sighthill
-