Partagez | 
 

 Bad parentage ♦ Ace Kartigan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Invité

MessageSujet: Bad parentage ♦ Ace Kartigan   Mar 4 Aoû - 17:46

Bad parentage
Ace Kartigan + Amber Rime

Ces derniers jours avaient été mouvementés sur tous les plans : le trafic de puces avec ce requin, cette vipère pour qui je ne vouais que rancœur et haine, le vol de l'archandroïde et son piratage, les retrouvailles avec l'homme qui aurait dû être mon père... De toutes ces choses qui me sont arrivées, cette dernière reste la pire car elle m'oblige à me confronter à mon passé. Je ne reniais pas celui-ci, ne serait-ce pour honorer ma mère, je me devais de toujours me souvenir de ce qui s'est passé et de chercher à comprendre pourquoi les événements s'étaient déroulés ainsi. Une quête que j'ai trop longtemps mis au second plan par rapport à ma vie chez les Steel Blood. Depuis l'incident à la planque, je m'étais rendue compte à quel point je tenais à ces personnes. Étrange... oui, car je n'étais pas une grande sentimentale. D'ailleurs, j'avais préféré me défoncer à coups de plasmides pour m'éviter de réfléchir à ce que je pouvais ressentir pour Ace. Cet homme, de prime-abord, n'avait l'air que d'un déchet rongé par les regrets, la colère et la tristesse. Il était brisé mais cela n'avait rien de charmant ou d'énigmatique. Il était en miettes. Cela se lisait sur ses traits fatigués, ridés par le temps et l'alcool. Il avait l'air d'être de ces types qui se sabordent eux-mêmes pour avoir une raison de plus pour détester leur vie miteuse. Cela dit, il restait encore une âme dans cette carcasse qu'il se trimbalait. J'imagine qu'il avait dû être beau, épanoui et respecté plus jeune. Quand il était encore avec Riley, ma mère... Elle ne m'a jamais vraiment parlé de lui. Je me doutais bien qu'une femme aussi belle qu'elle ne pouvait avoir vécue sans amant, mais de là à ce que plus d'une décennie plus tard je tombe nez à nez avec ce dernier... Cela avait de quoi me faire croire au destin... quelle connerie !

Oubliant ma colère injustifiée, je me laisse portée sur le bien-être que me procure cette came que Xoris m'a fourni. J'ai toujours l'impression qu'il me réserve les meilleurs plasmides, pas ces merdes qui vous font halluciner au point que vous vous jetiez du toit d'un immeuble. Les membres du Benedict Clan savaient qu'il ne fallait pas nous refourguer de la merde. Nous étions sûrement leurs plus fidèles clients alors nous bichonner était à 100% dans leur intérêt. Plus que dans le nôtre. Les plasmides, ça restait de la drogue. Ça nous cramait des neurones et la dépendance ne se faisait pas que chimiquement, elle était aussi très psychologique : les attraits des compétences que certains plasmides attribuaient nous offraient un tel sentiment de puissance que c'en était addictif par nature. Je n'étais pas vraiment de ceux qui avaient besoin de drogues pour se sentir puissants vu ma nature, et pourtant ce que m'offraient les plasmides me donnait encore plus de puissance et c'est une sensation qui garde son charme même chez un sidhe-seer. La descente, je la passai dans mon taudis. Ace en avait l'adresse, il était l'une des rares personnes qui savaient où je créchais. Il venait souvent me chercher pour m'apprendre des choses ; c'était un inspecteur avant, un homme respectable. Aujourd'hui détective, il avait encore plus de choses à m'apprendre que je ne pouvais l'imaginer. Bien qu'indisciplinée et désobéissante, ses quelques leçons ne tombaient pas dans l'oreille d'un sourd. Quand bien même je me gardais de lui faciliter la tâche, il ne perdait pas patience. Enfin si, mais s'il revenait à la charge malgré le fil à retordre que je lui donnais, c'est qu'il avait quelque part une certaine réserve de patience.

Beaucoup de choses étaient faciles pour moi : le combat, la proprioception, tout ce qui utilisait le corps et les sens. Mais Ace s'efforçait de m'apprendre à apporter la réflexion à tout ça, l'analyse rapide et efficace des situations. Loin d'être idiote, je parvenais à réaliser ses exercices, parfois non sans mal. J'avais le sang chaud et rester sans bouger pendant plus de cinq minutes avait le don de m'exaspérer. A son plus grand désarroi. Je souris béatement, presque fière d'être intenable et désinvolte envers lui. Allongée sur le sol au revêtement tellement bousillé qu'on aperçoit le béton qui soutient l'appartement, je plane littéralement, laissant mon imaginaire décompresser du plasmide ingurgité. La réalité me paraissait si irréaliste que je me mis à croire aux licornes et aux dragons qui volaient autour de moi, s'offrant à une danse de flammes et de couleurs qui semblaient ne plus exister en ce bas monde. Dans les rues de Sighthill, tout paraissait désaturé, terne, morne et morose, comme si un mauvais photographe avait appliqué un filtre pour donner un style darkroom à notre environnement. Tout était macabre et triste, sauf sous plasmide...
#saom
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Bad parentage ♦ Ace Kartigan   Dim 9 Aoû - 20:44

Billy avale son repas en deux secondes ignorant les conversations jugé sans intêret de ses parents et son petit frère. Comme un vieux roman policier, il essai de démêler le vrai du faux, il imagine déjà comment tout ça va finir et ... devrait il en parler à ses parents de sa découverte ? Non, pas maintenant il risquerait de lui confisquer. Avant de se coucher, c'est à la lampe torche qu'il continue sa lecture :






28 juillet 2070 20:15

L'enfer c'est de se lever tout les matins sans savoir pourquoi t'es la. Et bordel, dieu seul sait que depuis plus de 20 ans, ma vie ressemblait à la crèche de satan. Mais la petite Amber est arrivée comme une tornade, balayant ces années de tristesse et de désespoir. Le scotch n'est plus la seule raison de me lever de mon plumard le matin maintenant, j'ai quelqu'un à protéger. Ho c'est pas le paradis non plus, mais ça ressemble déjà beaucoup plus à un purgatoire...

Je farfouille dans mes notes des jours précédents et je retombe sur ce liseré rouge que j'ai pu apercevoir sur l'oeil d'Amber. Je me suis rencardé la dessus : c'est la couleur des SIDHE-SEER. Je me tate à lui en causer deux mots . On a une relation très fragile. On est un peu pareil elle et moi. On fait pas ou plus confiance à ceux qui nous entoure, on survit plus qu'on ne vit et... Ma Notre Riley nous manque...

J'ai fini par l'aimer cette gamine mais elle doit pas le savoir...ça la ramollirait et elle peut pas se le permettre elle a une vie trop dangereuse, elle peut pas se permettre de la jouer guimauve, c'est son fardeau, le mien aussi, putain encore un truc qu'on partage ... Bref je l'aime peut être plus pour ce qu'elle représente que pour ce qu'elle est, on se connait foutrement peu. On a passé beaucoup de temps ensemble ces dernières semaines, comme pour soulager ma conscience d'alcoolo, qu'on rattrape une sorte de temps perdu père/fille comme dans les séries américaines. Foutaise ! Elle me rapelle Ma riley tout simplement, elle a l'odeur des anges, de son sourire, à ses mimiques, jusqu'à l'intonation de sa voix, je jurerais qu'elle lui a même piquer quelques un de ses jurons, elle en connait un rayon la môme ! Et merde, je suis égoïste et je me fais du mal. Ça fait 20 ans que l'amour de ma vie mange les pissenlits par la racine, déconne pas Ace, elle a pas besoin que tu fasses un putain de ... merde il appelle ça comment le toubib... - ah ouais - de transfert émotionnel, une connerie dans le genre. C'est pas Riley c'est Amber ! Ça tourne dans ma tête comme une pub pour dentifrice, j'ai pourtant du mal à m'en persuader.

Ces dernières semaines j'ai essayé de lui enseigner le peu que je savais, comme tirer par exemple, je lui ai même prêter ma Vanka. Bon elle a failli me l'enrayer mais ça commence à venir. Comme un sésame durement gagné, un gage de confiance, elle m'a tendu un jour les clés de son taudis. "Tu peux y passer quand ça te chante" m'a t-elle dit en me les donnant. Elle est adorable... j'ai presque l'impression d'avoir une famille maintenant.

Bref me voila enfoncé dans un vieux fauteuil puant le renfermé et le vieux fromage, l'attendant pour lui déballer deux trois choses que j'ai appris récemment sur Riley. Je commencais à ronquer sévère quand j'entend un bruit assourdissant ! Comme un vieux chien de chasse, je me lève d'un bond en dégainant mon colt paré à cribler de plomb ce qui m'arriverait en travers de la gueule. Et la c'est la stupefaction, Amber débaroulle dans la pièce complétement arraché et pantelante Je n'ai pas le temps de me précipiter sur elle qu'elle embrasse le sol crasseux de l'appartement. Elle baragouine des choses inaubibles et incompréhensible. Je l'inspecte rapidement voir si elle n'a pas de blessures ou de marques. Rien, nada, quedal. Et c'est la que ma vieille caboche tilt. Elle est sous plasmide, j'en reconnais tout les symptômes. C'est une putain de droguée ?! Cette révélation me fait l'effet d'une vague qu'on se prend en pleine face. Je me noie sous un torrent de déception et d'incompréhension.

Ahhh ce marionettiste, il a fallu que je morde à l'hameçon , que je me remette à faire confiance pour être à nouveau trahi, encore déçu...est ce que j'attend trop des gens, ou on est tous irrécupérable ? Je tombe sur le cul, à ses côtés. Déçu qu'elle m'en ait jamais touché deux mots de sa putain d'addiction, déçu que cette soi disante fille de la rue, si "libre" soit enchaîné ainsi à cette saloperie... déçu... qu'elle ne soit pas plus forte que moi ? Peut être. Elle gît sur le sol, en plein trip, une loque humaine, les yeux dans le vague ne semblant rien regarder de réel. Je sais pas ce que je dois faire ou dire. Ce serait une camée de base, je saurais exactement quoi faire. Le passage à tabac, l'interrogatoire musclé qui s'en suivrait pour qu'elle crache le nom de son dealer. Mais je vois son visage et ... c'est ce que je fais ! A peine j'y pense que je me vois comme dépossedé de ma carcasse, me relever en me foutant juste au dessus d'elle la ramassant par son colbac. Mon autre poing se ferme et mes machoires se crispent... HOOO Ace !!! C'est ta fille merde ! Qu'est ce que je fais ?! Je prend conscience de mon geste au dernier moment. Je lache prise et Amber rencontre à nouveau le sol. Je me dépêche de prendre mes cachetons, ne pas faire sortir la bête, pas maintenant ! Je retourne à terre pres d'elle et la prend dans mes bras ... lui soutenant la tête en attendant qu'elle finisse son trip. L'alcool produit aussi ce genre d'effet à la con, la descente sera rude je le sais, autant qu'elle ait quelqu'un à ses côtés alors ... j'attend... en lui tournant la tête je vois son commlink niché dans la face externe de son cou. Je suis pas gadget électronique moi, ni augmentation, je me saisis d'un couteau de cuisine lui entaille légèrement la peau. Il est à découvert, j'arrive à l'extraire non sans mal, mais arrachée comme elle est, c'est tout juste si elle se rend compte de "l'opération". Avec la crosse de Vanka, j'écrase et détruit ce mouchard. Tout ces gadgets électroniques ... de vrais nid à espions...


Revenir en haut Aller en bas
 

Bad parentage ♦ Ace Kartigan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ϟ Steel & Dust :: 
 :: Sighthill :: Demeures et taudis
-